PSG : comment gérer l'après 13 novembre ?

le
0
PSG : comment gérer l'après 13 novembre ?
PSG : comment gérer l'après 13 novembre ?

La ville de Paris meurtrie vendredi par les attaques terroristes, le sport doit reprendre ses droits dès ce week-end. Et pour les entités comme le PSG, la problématique n'est plus seulement sportive : il faut jongler avec le moral de joueurs affectés par la tragédie.

Les femmes étaient les premières sur le pont mercredi, contre Orebro en Ligue des champions féminine. Un redoutable privilège alors que les attentats de vendredi sont encore dans toutes les têtes et que l'assaut de Saint-Denis le matin même nous rappelle la présence du danger. Mais les joueuses du PSG ont tenu la tête haute et fait le boulot : un nul 0-0 qui les envoie en quarts de finale de la compétition. Si la vie semble doucement reprendre son cours, comme l'a appelé l'entraîneur des Parisiennes, - " le sport est un spectacle qui doit permettre de redonner le sourire aux gens "- la suite de la saison va forcément être impactée à tous les étages du PSG, autant chez les hommes que chez les femmes.

Sous le sceau du secret professionnel


Dans l'effectif de Laurent Blanc, les réactions n'ont pas tarder à fuser, entre Salvatore Sirigu et Javier Pastore endeuillés par la perte d'amis (les deux restaurateurs Pierre Innocenti et Stéphane Albertini, du restaurant Chez Livio, ndlr), David Luiz ou Edinson Cavani inquiets à l'idée de revenir dans la capitale, ou alors Thiago Motta et Marco Verratti qui ont déjà décidé de faire face avec fierté. " Dans un cas comme celui là, il doit y avoir un traitement au cas par cas car chaque individu a un niveau de sensibilité qui lui est propre " explique le consultant en préparation mentale Stéphane Le Jeune. Pour celui qui travaille avec plusieurs joueurs pros, " il faut que le club ouvre la porte à un dialogue, mais en aucun cas qu'il ne le provoque, cela doit venir du joueur s'il en a besoin. Le PSG qui a mis un psychologue à disposition de ses joueuses, c'est pertinent. "

Quant au staff technique, il ne doit pas forcément s'aventurer sur un terrain qu'il ne maîtrise pas : " Bien sûr, l'entraîneur va prendre la parole devant ses joueurs, mais il ne faut pas que cela soit trop long. Il faut rapidement retourner dans les activités d'entraînement habituelles. " Et en aucun cas, le coach et ses préparateurs ne devront être amenés à connaître le contenu des échanges entre leurs joueurs et…




Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant