PSG-Angers. L'Angevin Pépé face à son grand frère Aurier

le , mis à jour à 15:33
0
PSG-Angers. L'Angevin Pépé face à son grand frère Aurier
PSG-Angers. L'Angevin Pépé face à son grand frère Aurier

En à peine trois semaines, Nicolas Pépé a plongé dans une douce « euphorie ». Avec Angers, il vient coup sur coup d’inaugurer son compteur buts face à Rennes (13e journée, 1-1) puis contre Saint-Etienne (14e j., défaite 2-1), accrochant ainsi deux gardiens internationaux tricolores, Ruffier et Costil, à son tableau.

Une belle histoire, qui aurait même pu commencer par le plus beau chapitre le 13 novembre avec la Côte d’Ivoire si, sur son ultime frappe à bout portant en toute fin de match, Costil n’avait pas sorti une parade monumentale pour permettre aux Bleus de boucler 2016 sur un soporifique 0-0 à Lens, en amical.

Mais ce n’est sans doute que partie remise. Avec les Eléphants, Pépé a su se mettre en évidence, et s’il faut un jour plaider sa cause auprès du boss Michel Dussuyer, il pourra alors compter sur un soutien de poids en la personne de Serge Aurier, « mon grand frère en sélection », savoure le natif de Mantes-la-Jolie, il y a 21 ans.

Un Serge Aurier qu’il va retrouver ce mercredi au Parc des Princes, une pelouse que Pépé foulera pour la première fois. Pour ce baptême de feu dans la capitale, son compatriote lui a déjà promis une drôle de soirée, surtout si les deux hommes se retrouvent en face à face. « On se taquine beaucoup, on a parlé de ce match-là et il m’a dit qu’il allait me titiller un peu les chevilles, on en a rigolé ! »

 

«On est donné perdant, on va y aller sans pression»

Derrière ce chambrage de bon aloi, on devine une amitié naissante entre les deux joueurs, réunis sous le même drapeau. De fait, lors du dernier rassemblement des Ivoiriens, l’aîné a pris le bizuth sous son aile et distillé quelques principes. « Il me donnait beaucoup de conseils ». Depuis, le duo est resté en contact, pour les petites blagues passagères et les encouragements, mais aussi dans les instants plus graves, comme lorsqu’Aurier s’est vu refuser l’entrée en Angleterre pour ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant