PSA Une stratégie très critiquée par le rapport Sartorius

le
0
Copyrights here
Copyrights here

(lerevenu.com) - Ce document a été commandé par Arnaud Montebourg, ministre du Redressement productif, à la suite de l'annonce, le 12 juillet dernier, du projet de réorganisation prévoyant l'arrêt des activités de production automobile du site d'Aulnay-sous-Bois, avec 8 000 emplois en jeu. Ce document de 47 pages, rendu public le 11 septembre, analyse les raisons, conjoncturelles et structurelles, qui ont conduit PSA à cette décision. Il en évalue la pertinence et dresse un cadre pour le traitement social des suppressions d'emploi induites par le plan de redressement, avec le souhait qu'il permette au groupe automobile de «retrouver un cash-flow opérationnel à l'équilibre en 2014».

Les auteurs du rapport dressent un diagnostic des erreurs stratégiques à la source des difficultés de PSA : «une trop grande dépendance au marché européen (58% des ventes), un positionnement de constructeur généraliste, pris en tenaille entre les autres généralistes qui produisent des voitures à bas coût en Europe de l'Est et les constructeurs premium allemands (Audi, BMW, Mercedes), qui attaquent le milieu de gamme».

Le rapport rappelle la situation financière tendue du groupe, qui «connaît un rythme de consommation de cash opérationnel intenable», caractérisé par un cash-flow opérationnel négatif de 954 millions d'euros au premier semestre et une perte nette de 819 millions. Les auteurs font remonter les difficultés de Peugeot Citroën à un outil de production «surdimensionné» depuis le début des années 2000 et à une «stratégie tardive de développement international». Enfin, les auteurs décochent une critique aux rachats par PSA de ses propres actions, de 3 milliards d'euros de 1999 à 2011.

Le plan de réorganisation des activités industrielles et de réduction des effectifs «n'est malheureusement pas contestable», jugent les ingénieurs. Il fait néanmoins l'objet de «plusieurs réserves». Ce plan en appelle un autre, lui, de «développement et de redressement» à définir dans un avenir proche. Enfin, le rapport demande si l'arrêt de l'usine de Madrid, «ancienne, de faible capacité», n'aurait pas été lui aussi souhaitable. Enfin, les deux auteurs concluent que la stratégie de PSA passe certes par la «consolidation de la base européenne» mais aussi «son développement à l'international».

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant