PSA prévoit de signer son nouveau contrat social vendredi

le
0
UN NOUVEAU CONTRAT SOCIAL EN VUE CHEZ PSA
UN NOUVEAU CONTRAT SOCIAL EN VUE CHEZ PSA

par Gilles Guillaume

PARIS (Reuters) - PSA prévoit de signer vendredi un accord avec ses syndicats sur un nouveau contrat social qui doit accompagner pendant les trois prochaines années la stratégie industrielle du constructeur automobile maintenant redressé, a annoncé un porte-parole.

Depuis le 11 mai, plusieurs séances de négociation de sont succédées sur le projet baptisé "Nouvel élan pour la croissance". Force ouvrière (FO) a annoncé dès jeudi soir dans un communiqué son intention de signer le texte qui prévoit notamment 1.000 embauches en CDI sur la durée du plan.

Le nouveau contrat, qui met moins l'accent sur la modération salariale que le précédent, prévoit aussi un accord d'intéressement déplafonné et une reconduite des congés senior.

En 2013, quatre organisations sur six - CGC, CFTC, FO et SIA - avaient signé l'accord de compétitivité, tandis que la CGT et la CFDT avaient voté contre.

"On garde les fondamentaux (du plan de redressement) 'Back in the race' et on rajoute les phases de conquête, de croissance organique rentable (du nouveau plan)", a expliqué fin juin à Reuters Xavier Chéreau, directeur des Ressources humaines de PSA. "On rajoute la volonté de croissance, mais on garde l'exigence de la rigueur d'exécution."

Hormis à Rennes (Ille-et-Vilaine), où le récent "Contrat d'avenir" constitue un accord de compétitivité plus classique, le futur accord groupe se veut différent du contrat social qui a suivi l'année noire de 2012, marquée par la fermeture de l'usine d'Aulnay-sous-Bois et un vaste plan social.

Il a été par exemple moins question cette fois de "modération salariale" que de "politique salariale équilibrée" via notamment un nouvel accord d'intéressement.

Force Ouvrière évoque un budget d'augmentation minimum de 1% au-dessus de l'inflation.

NOUVELLE BAISSE DES EFFECTIFS NETS EN FRANCE EN 2015

Le dispositif de gestion des emplois et des compétences, au coeur du précédent accord, devrait quant à lui être prolongé. Depuis 2014, PSA a signé chaque année environ 1.500 congés senior (dispense d'activité rémunérée pour des salariés en fin de carrière) et des syndicats ont appelé à sa reconduite.

En 2014 et 2015, PSA avait embauché un nombre équivalent de jeunes en alternance.

Confronté à une évolution profonde de ses métiers - externalisation, environnement de plus en plus digital, essor des activités logiciels et des spécialités électriques - PSA entend promouvoir le travail transversal entre les équipes ainsi que le télétravail avec, selon FO, la possibilité de trois jours de télétravail par semaine pour les emplois tertiaires.

Le groupe continuera aussi d'encourager la mobilité interne avec des formations, ou externe via des départs sécurisés.

Cela fait craindre à certains représentants syndicaux une poursuite de la baisse des effectifs nets en France. Selon le bilan social de Peugeot Citroën Automobiles, l'effectif total au 31 décembre 2015 est tombé à 54.649 salariés, contre 61.882 en 2013 et 57.790 en 2014, soit 7.200 emplois de moins en deux ans.

"C'est la poursuite des plans de suppressions d’emplois sous forme de départs volontaires et de préretraites non remplacées et le refus de s’engager à ne pas fermer de site en France dans les trois prochaines années, contrairement au premier accord de compétitivité", a déclaré jeudi soir dans un communiqué la CGT, ajoutant qu'elle ne signerait pas l'accord.

Selon FO, PSA s'est en revanche engagé à maintenir à un million sa production annuelle de véhicules en France, avec l'annonce de huit nouveaux modèles dans les usines d'assemblage et le maintien de l'activité de R&D sur le sol français.

Renault, précurseur en matière d'accord de compétitivité, négociera son nouveau contrat au second semestre.

(Edité par Pascale Denis)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant