PSA pourrait ne pas poursuivre avec Mitsubishi dans l'électrique

le
1
PSA DÉDIDERA D?ICI UN AN S?IL POURSUIT SA COLLABORATION AVEC MITSUBISHI DANS L?ÉLECTRIQUE
PSA DÉDIDERA D?ICI UN AN S?IL POURSUIT SA COLLABORATION AVEC MITSUBISHI DANS L?ÉLECTRIQUE

par Gilles Guillaume

PARIS (Reuters) - PSA Peugeot Citroën décidera dans les 12 prochains mois s'il continue à collaborer avec le groupe japonais Mitsubishi dans les voitures électriques, a déclaré mercredi le président du directoire Carlos Tavares, toujours occupé à passer au crible la stratégie du groupe dans le cadre de son redressement financier.

Contrairement à Renault, PSA a donné jusqu'ici la priorité à l'hybride diesel. Dans l'électrique, il compte actuellement au catalogue deux petites voitures dérivées d'un modèle Mitsubishi et importées du Japon, ainsi que deux fourgonnettes développées avec son partenaire japonais et assemblées en Espagne.

"Nous allons devoir définir une stratégie pour continuer à offrir aux consommateurs des véhicules électriques, cette stratégie n'est pas arrêtée, nous n'avons pas encore eu le temps d'aborder ce sujet", a dit Carlos Tavares à la Commission des Affaires économiques de l'Assemblée nationale.

"Je pense que c'est une stratégie qui sera reconstruite dans les douze prochains mois, et la question se posera de savoir: est-ce qu'on les développe tout seul, en partenariat, où est-ce qu'on va les fabriquer?", a-t-il ajouté.

Carlos Tavares, à la tête du constructeur depuis le 31 mars, a souligné que le yen fort était un paramètre important de l'équation.

Le plan stratégique "Back in the race" élaboré par l'ancien numéro deux de Renault vise à simplifier la gamme de voitures du groupe, renforcer les économies et réduire les stocks. Cette stratégie "frugale" doit notamment permettre à PSA de renouer avec un free cash flow positif de deux milliards d'euros cumulés sur les trois années 2016, 2017 et 2018.

"Il va sans dire que si nous rencontrons la possibilité de le faire avant, nous le ferons avant et ce sera évidemment un point positif pour tout le monde", a-t-il précisé.

LES ARBITRAGES CONTINUENT

PSA doit parallèlement continuer à développer, comme ses concurrents, de nouvelles technologies pour se différencier aux yeux des clients. Dans le cadre de ces arbitrages délicats, le groupe tranchera le mois prochain sur l'avenir d'un de ses derniers projets phare, "Hybrid Air", une technologie innovante permettant d'assister un moteur essence grâce à un système à air comprimé.

"Nous prendrons la décision en juin, nous saurons si Hybrid Air est suffisamment mature, si (c'est) un outil de déstabilisation de nos concurrents, parce qu'il est plus performant", a déclaré Carlos Tavares.

Le président du directoire a en revanche confirmé que PSA allait bien développer à son tour un système hybride essence rechargeable pour ses véhicules.

Il a également prévenu que l'augmentation de capital dont a bénéficié le constructeur contribuera au redressement du groupe, mais qu'elle ne suffira pas si elle ne s'accompagne pas d'une meilleure discipline financière.

"L'augmentation de capital est nécessaire puisqu'elle nous permet de continuer à investir", a-t-il dit. "Elle n'est pas suffisante parce que si on ne conduisait pas un redressement économique qui nous permette de redevenir rentable, cet argent-là viendrait à s'épuiser et nous serions à nouveau confrontés à la même problématique qu'il y a quelques temps."

"C'est un scénario qui ne doit pas se produire", a-t-il ajouté.

Le résultat définitif de l'opération de trois milliards d'euros, lancée fin avril et marquée par l'entrée du chinois Dongfeng et de l'Etat français au capital, sera annoncé mercredi après la clôture. L'exercice des Bons de souscription d'actions (BSA) pourrait représenter une ressource additionnelle de 800 millions d'euros.

(Edité par Jean-Michel Bélot)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • jyth01 le mercredi 21 mai 2014 à 16:11

    Je suis effaré du manque de bon sens des constructeurs français en matière de voiture électrique (mais peut-être est-ce simplement un opportunisme en matière de subventions?). Le seul choix viable aujourd'hui( comme Volt et Ampera) est un véhicule àprolongation d'autonomie(électrique permanent avec recharge par petit moteur essence et chargeur électrique domicile). En attendant la pile à combustible.