PSA Peugeot Citroën : l'hypothèse d'une alliance se renforce

le
0
DR
DR

(lerevenu.com) - L'Etat n'est pas actionnaire de PSA Peugeot Citroën, mais il a accordé sa garantie à 7 milliards d'euros de dette de sa filiale PSA Finance. Par ailleurs, Louis Gallois a été nommé au conseil de surveillance du groupe.

Le sort du constructeur français, par ailleurs, l'un des plus grands employeurs de France, n'est bien sûr pas indifférent au gouvernement. Dans une information titrée «confidentielle», Le Figaro a écrit, dans son édition du 12 juillet, que l'Etat avait décidé de «prendre une banque conseil sur le dossier PSA». D'après le quotidien, Bank of America-Merrill Lynch serait le probable gagnant du concours de beauté. 

Des informations de la presse chinoise, relayée par les agences de presse occidentales, ont fait état, la semaine dernière, de négociations entre les dirigeants du constructeur automobile et le groupe public chinois, DongFeng, avec lequel PSA a créé une co-entreprise pour trois usines de montage de véhicules dans ce pays.

En jeu, une augmentation de capital qui ferait éventuellement entrer DongFeng, au capital de PSA. Une montée au capital d'un autre partenaire du groupe français, General Motors, son deuxième actionnaire (7%) après la famille Peugeot (25,3%), avait déjà été envisagée.

Vendredi, en séance, l'action PSA arrivait en tête des plus fortes hausses de l'indice SBF 120, avec un gain de plus de 4% et un volume de transactions (5,9 millions de titres échangés) un peu supérieur à celui des séances précédentes. 

Conserver

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant