PSA parlerait "alliance" avec General Motors

le
0
PSA DISCUTERAIT "ALLIANCE" AVEC GM
PSA DISCUTERAIT "ALLIANCE" AVEC GM

PARIS (Reuters) - PSA Peugeot Citroën, numéro deux européen de l'automobile, a annoncé mardi étudier des projets de coopération et d'alliance mais sans dire avec quelles parties ont lieu les discussions.

Il s'agirait de l'américain General Motors, selon le site LaTribune.fr et le Financial Times, qui évoquent un partenariat et non une fusion entre les deux groupes.

"Dans le cadre de sa stratégie de globalisation et d'amélioration de sa performance, PSA Peugeot Citroën examine des projets de coopérations et d'alliances", s'est borné à déclarer PSA dans un communiqué.

"Des discussions sont en cours", a ajouté le constructeur sans autre précision. "Il n'y a aucune certitude qu'elles aboutissent."

Personne n'a pu être joint à PSA pour commenter ce communiqué. "Nous parlons régulièrement à d'autres sociétés du secteur mais ne commentons rien au-delà de ça", a déclaré Kelly Cusinato, porte-parole de GM.

Selon LaTribune.fr, qui cite une "source officieuse", Peugeot et GM sont en négociations "avancées" en vue d'un rapprochement.

Le site internet précise que les discussions, démarrées il y a "quelques mois" entre les deux constructeurs automobiles, visent "une alliance, pas des coopérations ponctuelles" comme le groupe français peut en avoir avec des concurrents comme Ford, Toyota ou BMW.

Selon La Tribune, de "fortes synergies pourraient se dégager d'un tel rapprochement". Les discussions "n'ont pas encore abouti. Il n'y a pas d'accord à ce stade", précise le quotidien en ligne.

Le Financial Times rapporte également sur son site mardi que les deux groupes sont en négociations avancées. Le rapprochement pourrait les voir joindre leurs forces pour fabriquer des automobiles et des pièces détachées en Europe, selon deux personnes proches du projet.

L'alliance ne serait pas une fusion et n'impliquerait pas un échange d'actions, ajoutent les sources citées par le FT.

Tout accord devra d'abord être avalisé par la famille Peugeot, qui détient 30,9% du capital et 48,3% des droits de vote de PSA, souligne LaTribune.fr qui rappelle que le constructeur américain est "deux fois plus gros" en chiffre d'affaires que son concurrent français.

PSA a réalisé en 2011 un chiffre d'affaires de près de 60 milliards d'euros. GM espère afficher un chiffre d'affaires 2012 supérieur aux 153,3 milliards de dollars (115 milliards d'euros) réalisés en 2011.

En cas de conclusion positive des discussions, une annonce officielle pourrait être faite début mars à l'occasion du salon de l'automobile de Genève, croit savoir LaTribune.fr.

PSA et Opel, la filiale européenne de GM, doivent chacun procéder à d'importantes restructurations pour tenter de redevenir bénéficiaires dans un contexte de marché automobile difficile, de surcapacités industrielles et de très rude concurrence sur les prix.

Elena Berton, avec Gilles Guillaume; Danielle Rouquié et Jean-Stéphane Brosse pour le service français

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant