PSA : les petits actionnaires pourraient bloquer l'accord avec les Chinois

le
2
PSA : les petits actionnaires pourraient bloquer l'accord avec les Chinois
PSA : les petits actionnaires pourraient bloquer l'accord avec les Chinois

Surprise de dernière minute, les petits actionnaires de PSA pourraient bloquer la belle mécanique de l'entrée au capital de Dongfeng et de l'Etat français, qui fait l'objet de négociation depuis de longs mois.

A l'issue de l'augmentation de capital prévu de 3 milliards d'euros, le partenaire de PSA en Chine, Dongfeng, disposerait de 14% des voix ; l'Etat français de 14% et la famille Peugeot de 14%. Mais Colette Neuville, présidente de l'Association de défense des actionnaires minoritaires, fait parvenir une lettre à Thierry Peugeot, le président du Conseil de surveillance du groupe pour s'opposer à ce montage.

Elle prévoit de mobiliser les «petits actionnaires» qui, chez PSA, possèdent 75% des parts et 62% des droits de votes. «Actionnaires, ne vous laissez pas impressionner, vous avez le pouvoir de dire non!» précise-t-elle.

Un «cadeau» offert à Dongfeng et à l'Etat français

En effet, l'augmentation du capital devra obligatoirement être validé lors d'une Assemblée Générale aux deux tiers des voix. L'actionnaire activiste espère bien fédérer autour d'elle les 33% des voix qui bloqueraient l'accord. La présidente de l'ADAM n'en est pas à son coup d'essai : en 1995, elle avait empêché la fusion de Crédit Foncier et d'Immeuble de France. En 1998, elle avait récidivé chez SAGEM en bloquant la conversion des actions à dividende prioritaires.

Le «cadeau» offert à Dongfeng et l'Etat français révolte la présidente des petits actionnaires. Selon le plan préétabli, les deux nouveaux entrants feraient l'acquisition de 14% des parts avec une décôte importante. « Ils achètent à 7 euros l'action, alors que le prix boursier s'établit autour de 11 ou 12 euros en cours de bourse», précise Colette Neuville. Quel sera le mécanisme pour compenser l'inégalité entre ces nouveaux actionnaires et ceux qui ont souscrits avant ?

Des questions restent posées

L'idée n'est pas de s'opposer à l'augmentation de ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • mxlib le mardi 4 fév 2014 à 23:17

    D'autre solutions - indépendamment de l'appel au marché - sont préférables:- Pourquoi ne pas plutôt faire monter davantage l État au capital de PSA via le FSI et obliger au rapprochement avec Renault par prises de participations croisées ?- Ou encore pour 3 milliards (0,3% de la dette publique), l’Etat aurait pu parachever le redressement de PSA sans même prendre de risque pour le contribuable – rien par rapport aux sommes engagées pour les banques ...

  • mxlib le mardi 4 fév 2014 à 23:15

    Le plan profite beaucoup trop à Dongfeng, un compétiteur redoutable.A terme avec le retournement du marché ce plan va faire réaliser une forte plus-value à Dongfeng - le loup qui entre dans la bergerie – en plus de récupérer les technologies et les brevets (PSA est le premier déposant en France). Ce n’était que justice d’aider PSA qui a conservé 40% de sa production en France, plus que les 25% de Renault, où l’Etat est pourtant actionnaire.