PSA fait son retour dans le CAC 40, Areva quitte le SBF 120

le
0
PEUGEOT REVIENT DANS LE CAC 40
PEUGEOT REVIENT DANS LE CAC 40

PARIS (Reuters) - Euronext a annoncé jeudi le retour de l'action PSA Peugeot Citroën dans l'indice CAC 40 qu'elle avait quitté deux ans et demi plus tôt, prenant ainsi la place du fabricant de cartes à puces Gemalto, retiré de l'indice phare de la Bourse de Paris.

Les modifications résultant de cette révision trimestrielle de la famille CAC prendront effet le lundi 23 mars, a ajouté Euronext.

PSA avait quitté l'indice CAC 40 en septembre 2012, au terme d'une année noire pour le constructeur automobile. Cette année-là, le groupe avait notamment subi une hémorragie de cash de 200 millions d'euros par mois et l'Etat avait dû voler à la rescousse de sa filiale bancaire.

L'action du constructeur, qui a engagé depuis un vaste plan d'économies et de gains de productivité, a rebondi de près de 23% depuis le début de l'année, après +48,48% sur l'ensemble de 2014.

"Etre présent dans le CAC 40 est important pour notre groupe, car ceci est rassurant pour les investisseurs, permet d'accroître notre notoriété à l'international en bénéficiant d'un meilleur suivi par la communauté financière et renforce le poids des investisseurs indiciels", a commenté un porte-parole du groupe.

"Ce retour dans le CAC 40 permet d'accompagner l'internationalisation (de PSA), qui est un élément important du plan 'Back In the Race'", a-t-il ajouté.

Pour déterminer la composition de l'indice, les experts se basent sur la capitalisation flottante et les volumes échangés. Parmi les 40 valeurs de l'indice parisien, on compte désormais pas moins de quatre valeurs automobiles: PSA, Renault, Michelin et Valeo.

Des analystes spécialisés dans la composition des indices boursiers évoquaient régulièrement un retour de PSA ainsi qu'une sortie de Gemalto. Les analystes envisageaient cette hypothèse pour le fabricant de cartes à puces dès la fin 2014, avant l'affaire du piratage présumé de cartes SIM..

L'autre grand sortant est Areva, qui va quitter l'indice élargi SBF 120. Le spécialiste du nucléaire, dont une sortie éventuelle était évoquée dès le mois dernier par des analystes, a officialisé mercredi de lourdes pertes au titre de 2014 imputables à d'importantes dépréciations d'actifs et à des provisions.

A l'inverse, Havas, numéro six mondial de la publicité, et le groupe de restauration collective Elior, introduit en Bourse en juin 2014, entrent dans le SBF 120. Elior emboîte ainsi le pas à plusieurs sociétés récemment introduites en Bourse, Coface, Euronext et Innate Pharma

(Gilles Guillaume, édité par Bertrand Boucey)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant