PSA et GM envisagent d'étendre leur coopération

le
0
PSA ET GM VEULENT COOPÉRER DANS LES GRANDES BERLINES ET LES PETITS MONOSPACES
PSA ET GM VEULENT COOPÉRER DANS LES GRANDES BERLINES ET LES PETITS MONOSPACES

PARIS (Reuters) - PSA Peugeot-Citroën a annoncé vendredi qu'il étudiait avec General Motors la possibilité d'étendre leur alliance à de nouveaux modèles et technologies, en particulier dans les grandes berlines et les boîtes de vitesses à double embrayage.

En plus des possibles développement et production en commun de voitures compactes et de taille moyenne, annoncés en février, les deux constructeurs pourraient s'allier autour de petits véhicules destinés aux marchés émergents avec une première application potentielle en Amérique latine, a précisé le groupe français dans un communiqué.

A l'issue d'un comité de groupe européen, PSA a également annoncé le décalage de sept mois de la phase d'industrialisation de la boîte de vitesses à double embrayage DCT, dont la production est envisagée sur le site de Valenciennes (Nord).

"Pendant ce délai, il a été décidé d'explorer des voies plus économiques et notamment celles offertes par l'alliance avec GM pour permettre au groupe de disposer d'une boîte de ce type", a-t-il ajouté.

La suspension d'un projet de véhicule du segment C - de type compact - prévu sur le site de Madrid est en outre confirmé.

PSA Peugeot Citroën a dévoilé fin février son alliance stratégique avec l'américain General Motors, grâce à laquelle il espère économiser sur les coûts d'achat et de développement, moyennant une entrée du géant américain dans son capital à hauteur de 7%.

Les deux groupes ont alors précisé qu'ils prévoyaient de développer une plate-forme commune pour les véhicules à faibles émissions de CO2 mais que, dans un premier temps, il concentreraient leur travail commun sur les voitures de petite et moyenne taille, les monospaces et les crossovers.

Ils ont annoncé jeudi la composition du "comité de pilotage" qui disposera d'un "pouvoir de contrôle administratif stratégique" sur les activités de l'alliance.

Confronté depuis plusieurs mois à une chute de ses ventes en Europe, PSA a perdu de l'argent dans sa division automobile en 2011, ce qui le contraint à supprimer des emplois, à céder des actifs et à reporter plusieurs investissements nécessaires pour son développement international.

A 13h28 à la Bourse de Paris, le titre PSA gagnait 1,39% à 12,775 euros, affichant la plus forte hausse de l'indice CAC 40, pour sa part en recul de 0,5%.

Benjamin Mallet et Laurence Frost, édité par Dominique Rodriguez

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant