PSA cherche de nouveaux partenaires dans les fourgons

le
0
PSA CHERCHE DE NOUVEAUX PARTENAIRES DANS LES VÉHICULES UTILITAIRES
PSA CHERCHE DE NOUVEAUX PARTENAIRES DANS LES VÉHICULES UTILITAIRES

par Gilles Guillaume

POISSY (Yvelines) (Reuters) - PSA Peugeot Citroën est actuellement à la recherche de nouveaux partenaires dans les véhicules utilitaires pour remplacer le groupe Fiat, avec qui une première coopération prendra fin dans six ans.

PSA et Fiat possèdent en commun l'usine de Sevelnord, près de Valenciennes (Nord), d'où sortent actuellement les fourgonnettes Peugeot Expert, Citroën Jumpy et Fiat Scudo,

"Nous avons eu un partenariat avec le groupe Fiat qui s'éteint en 2017 parce que Fiat nous a dit que depuis qu'ils se sont mariés avec Chrysler, ils n'avaient plus besoin d'être en partenariat avec nous", a déclaré Philippe Varin, président du directoire de PSA, à la presse en marge du lancement de la production de la Peugeot 208 à l'usine de Poissy (Yvelines).

"Nous essayons donc de trouver les solutions pour les futurs véhicules utilitaires qu'il est difficile, dans notre industrie, de développer seuls, donc il faut trouver les bons partenaires pour faire ces développements", a-t-il ajouté.

Interrogé sur l'avancement de ces recherches, Philippe Varin a répondu: "le travail est en cours, ce genre de question ne trouve pas instantanément des solutions."

La baisse de 1,5% des ventes mondiales de PSA Peugeot Citroën en 2011 et la perte opérationnelle attendue sur l'année dans la division automobile du groupe ont relancé le débat sur la nécessité d'une alliance pour partager les coûts et gagner en effet volume.

Malgré leur séparation dans les utilitaires - la JV italienne de Sevelsud (Boxer et Jumper) ne sera pas renouvelée non plus après 2019 - le nom de Fiat circule à nouveau comme partenaire potentiel pour PSA.

LA 208 DÉMARRE, PAS DE DÉCISION SUR AULNAY

PSA a lancé vendredi la production en série de la nouvelle Peugeot 208, un modèle stratégique pour redresser les ventes sur un segment où la marque au lion excelle depuis les années 1980 avec la 205.

Le groupe prévoit de commercialiser 550.000 exemplaires de sa petite berline dans le monde à partir de 2013, première année pleine, dont 400.000 en Europe. Le modèle représentera 40% des ventes de la marque Peugeot.

"A terme, la répartition (de la production) pour l'Europe sera de 40% à Poissy, 40% en Slovaquie et 20% à Mulhouse", a indiqué Denis Martin, directeur industriel de PSA, à des journalistes en marge de la cérémonie.

La voiture, lancée en Europe au printemps, sera également produite l'an prochain à Porto Real (Brésil) pour le marché sud-américain.

Prié de dire si dans le contexte actuel de rumeurs de consolidation, un partenariat avait été envisagé pour la 208, Philippe Varin a répondu que c'était inutile pour un modèle produit dans de tels volumes.

"Sur cette voiture, on a là les moyens de faire seul un produit compétitif", a-t-il dit.

Dans le cadre du débat actuel sur le "made in France", le ministre de l'Industrie Eric Besson avait fait le déplacement à Poissy.

La voiture sera assemblée en majorité dans l'Hexagone, avec 65% de pièces d'origine françaises comme le pare-choc arrière recyclé fabriqué par Plastic Omnium en Ille-et-Vilaine.

Confronté à une concurrence bien plus nombreuse qu'à l'époque de la 205, PSA va tenter de tirer son épingle du jeu dans la guerre des prix qui fait rage sur le segment des petites voitures avec un tarif de départ de 11.900 euros, inférieur à celui de la devancière 207.

Mais le constructeur répète que la question de la compétitivité des usines françaises sur le segment B n'a toujours pas été réglée. L'avenir de l'usine voisine d'Aulnay-sous-Bois (Seine-Saint-Denis), principal site de production de la Citroën C3, reste incertain.

L'usine d'Aulnay emploie 6.000 personnes, celle de SevelNord 2.800 personnes et le site de Poissy, plus de 7.000 personnes.

Interrogé sur le choix du modèle qui succédera ou non à la C3, Denis Martin a répondu que la décision n'était toujours pas prise. "Elle peut l'être plus tard, même en 2014, aujourd'hui tout va plus vite", a-t-il dit, faisant référence au délai qui s'écoule entre la validation définitive d'un projet et sa commercialisation.

Avec Laurence Frost, édité par Gwénaëlle Barzic

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant