PSA baisse, Dongfeng hésite et l'Etat français insiste

le
0
PSA BAISSE, DONGFENG HÉSITE ET L'ETAT FRANÇAIS INSISTE
PSA BAISSE, DONGFENG HÉSITE ET L'ETAT FRANÇAIS INSISTE

PARIS (Reuters) - L'action PSA Peugeot-Citroën accuse lundi matin la plus forte baisse du secteur automobile européen et de l'indice SBF 120 à la Bourse de Paris, pénalisée par les hésitations du chinois Dongfeng et l'intention de l'Etat français de participer à une réorganisation capitalistique du constructeur français.

A 10h24, le titre abandonne 2,8% à 9,669 euros. Le SBF 120 est en repli de 0,17% et l'indice Stoxx du secteur automobile européen perd 0,89%.

"PSA baisse davantage que le reste du secteur car c'est le constructeur qui est dans la plus mauvaise situation, et le fait que Dongfeng hésite encore et que l'Etat français souhaite absolument être au capital n'aident pas le titre", commente un analyste en poste à Paris.

Zhu Fushou, le directeur général de Dongfeng, a indiqué que le groupe chinois n'avait pas encore décidé d'investir ou non dans PSA, avec lequel il forme une coentreprise.

Dans un entretien au journal Les Echos publié lundi, le ministre de l'Economie et des Finances Pierre Moscovici explique que "l'Etat est fortement impliqué" dans le dossier PSA, ajoutant qu'il "ne se désintéressera pas de l'avenir" du constructeur, qui "doit rester une entreprise française".

"Ces deux derniers éléments ne sont pas de nature à rassurer les investisseurs et on revient un peu à la réalité car il n'y avait aucune raison fondamentale pour un doublement du titre au troisième trimestre", juge l'analyste.

L'action PSA avait déjà lourdement chuté mi-octobre face à la perspective d'une augmentation de capital prochaine assortie d'une prise de participation de l'Etat français.

Alexandre Boksenbaum-Granier, édité par Dominique Rodriguez

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant