PS: rassurer Billancourt et les marchés

le
0
DÉCRYPTAGE - Pris en étau entre Jean-Luc Mélenchon et François Bayrou, François Hollande doit trouver une synthèse difficile. Exercice qu'il affectionnait à la tête du PS.

Certes, il ne faut jamais désespérer Billancourt. Mais d'un autre côté, il ne faut pas non plus affoler les marchés. Entre les deux, François Hollande a tenté de résumer sa position d'une formule mardi lors d'un meeting à Tours: «Je suis sérieusement de gauche mais d'une gauche sérieuse.» Ce qui veut aussi dire, en langage électoral, que le candidat socialiste se sent tout aussi Mélenchon-compatible que Bayrou-adaptable. Bref, l'une de ces synthèses qu'affectionnait tant François Hollande, lorsqu'il dirigeait le Parti socialiste et qui lui permettait de se positionner au centre des intérêts divergents de tout le monde. La technique n'a pas mal fonctionné puisqu'il s'est ainsi maintenu onze ans au poste de premier secrétaire.

Pour l'élection présidentielle, même topo. François Hollande ne cesse de le répéter: ni Jean-Luc Mélenchon ni François Bayrou ne peuvent prétendre être élus président de la République, alors que lui peut l'être. Mais comment concil

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant