PS : pourquoi ils se détestent

le
0
Martine Aubry, Ségolène Royal et François Hollande n'ont pas attendu d'avoir la même ambition présidentielle pour se mépriser. Leurs relations exécrables remontent au début des années 90. Récit d'une détestation qui menace la primaire socialiste.

Il ne manquait plus qu'elle. Depuis mardi, Martine Aubry a rejoint François Hollande et Ségolène Royal dans la liste des prétendants sérieux à l'investiture socialiste pour la présidentielle de 2012. A peine le discours de la nouvelle candidate achevé depuis la gare Saint-Sauveur de Lille, Ségolène Royal expliquait qu'elle n'avait pas eu le temps de l'écouter, étant «avec les ouvriers» dans une usine de sa région. Quant à François Hollande, il n'a pas pu s'empêcher de remarquer qu'en mars, au moment de sa déclaration de candidature, «on parlait de Dominique Strauss-Kahn comme canddat presque certain. Martine Aubry l'a remplacé.» Manière habile d'insister sur le fait qu'il y a encore quelques semaines, elle ne voulait pas y aller.

Ces trois-là ne passeront pas leurs vacances ensemble. Ils peuvent bien appartenir au même parti, s'afficher tout sourire côte à côte, assurer aux médias que tout va bien entre eux, Martine Aubry, Ségolène Royal et François Hol

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant