PS : les ténors en retrait de la campagne d'Hollande

le
0
Pour l'instant, Aubry, Royal ou Fabius sont restés discrets.

Tous ceux qui comptent au PS s'en sont donné à c½ur joie. Sourires, embrassades, applaudissements et puis accolades, mot gentil glissé à l'oreille, ­salutations publiques. À l'inverse de la ­cérémonie d'investiture de Ségolène Royal en 2007, celle de François Hollande ne manquait ni d'«éléphants» ni d'enthousiasme. Une belle image de rassemblement. C'était le 22 octobre, à la halle Freyssinet à Paris. C'était il y a un mois. C'était il y a un siècle. Car depuis, plus rien.

Passé le contraste du sommet du G20, entre un Nicolas Sarkozy aux côtés des chefs d'État et de gouvernement de la planète pour tenter d'endiguer la crise mondiale et un François Hollande dédicaçant son dernier ouvrage à la foire du livre de Brive-la-Gaillarde, le candidat socialiste s'est abîmé dans une invraisemblable polémique avec ses alliés écolos sur le nucléaire. Au sein du PS, parmi les voix qui comptent, personne n'est venu à son secours. Tout juste Ségolène Roya

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant