PS : les frondeurs rappelés à l'ordre mais pas sanctionnés

le
1
PS : les frondeurs rappelés à l'ordre mais pas sanctionnés
PS : les frondeurs rappelés à l'ordre mais pas sanctionnés

On ne les y reprendra plus. Le Parti socialiste semble véritablement traumatisé par le fait que le Premier ministre ait été obligé d'invoquer le très controversé article 49.3 de la Constitution pour passer en force la «loi Macron» la semaine dernière. A l'issue de son bureau national, le parti a ainsi fait savoir ce mardi que désormais, il donnerait «ses consignes sur les textes du gouvernement». Autrement dit, terminé l'«individualisme» que dénonçait plus tôt dans la matinée le président du groupe à l'Assemblée, Bruno Le Roux. Après le débat, les parlementaires seront invités à voter les lois d'une seule voix. Les frondeurs du PS, eux, goûtent peu à ce rappel à l'ordre.

Lundi, le premier secrétaire Jean-Christophe Cambadélis avait déjà prévenu qu'il profiterait de cette réunion pour «mettre les points sur les i». Lors du bureau national (BN) ce mardi, le parti s'est fendu d'une «résolution» pour rappeler à ses parlementaires l'obligation «en toutes circonstances» de «respecter la règle de l'unité de vote de leur groupe». Un texte voté par 29 voix pour, 9 abstentions et 3 non participation au vote.

VIDEO. PS : rappel à l'ordre pour les députés «frondeurs»

«Le Parti socialiste doit se ressaisir !»

Si cette résolution réaffirme que le PS est «un parti de débat», le texte rappelle à l'ordre les frondeurs socialistes qui, pour certains, comptaient voter «contre» la fameuse loi du ministre de l'Economie, Emmanuel Macron. «Le Parti socialiste doit se ressaisir !». «La cohésion ne se discute pas», «la souplesse individuelle de l'abstention au parlement est devenue une faiblesse collective. Le manque de respect, de fraternité ou tout simplement de camaraderie a atteint un niveau intolérable», est-il écrit. «Aucun responsable ne peut s'émanciper des statuts et des règles collectives.» Et de prévenir : «Tout manquement aura les conséquences prévues par nos règles ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M1736621 le mercredi 25 fév 2015 à 10:54

    Attention, je pmourrais, un jour, penser à me fâcher...