PS : les frondeurs écartés de la commission des Affaires sociales

le
2
PS : les frondeurs écartés de la commission des Affaires sociales
PS : les frondeurs écartés de la commission des Affaires sociales

C'est la méthode forte qui a été choisie. Deux semaines après le vote de confiance au gouvernement Valls à l'Assemblée nationale, lors duquel 32 députés socialistes s'étaient abstenus, le PS a choisi de s'attaquer à ses «frondeurs». Sept députés socialistes récalcitrants ont été virés de la commission des Affaires sociales rapporte le quotidien l'Opinion, ce mardi. Parmi eux, trois avaient déjà fait part la semaine dernière de leur décision de se désengager d'une partie de leurs fonctions dans cette commission.

Les aubrystes Jean-Marc Germain et Christian Paul, ainsi que Gérard Sebaoun qui s'étaient félicités de «retrouver leur liberté», ont ainsi appris lundi soir qu'ils ne siégeraient plus dans la prestigieuse commission, tout comme Linda Gourjade, Barbara Romagnan, Chaynesse Khirouni et Fanélie Carrey-Conte. Tous s'étaient abstenus lors du vote de confiance le 16 septembre.

Dans le détail, Christian Paul serait déplacé à la commission des Affaires culturelles, Jean-Marc Germain à celle des Affaires étrangères. Dans d'autres commission, d'autres frondeurs sont aussi contraints au changement. Le député du Val-d'Oise Jean-Pierre Blazy passe ainsi des Lois à la Défense, Philippe Noguès du Développement durable à la Défense, etc.

Une «question de cohérence» pour Bruno Le Roux

Pour sanctionner les frondeurs, le patron du groupe socialiste à l'Assemblée nationale Bruno Le Roux a profité de l'ouverture d'une nouvelle session parlementaire. Chaque année, au tout début du mois d'octobre, les groupes parlementaires se répartissent les postes dans les différentes commissions permanentes de l'Assemblée nationale. D'une année sur l'autre, il n'y a généralement que très peu de changements, les députés en place conservant leurs postes. Mais pas cette fois. Bruno Le Roux a décidé de se servir de cette opportunité pour sanctionner les députés frondeurs.

«C'est une question de cohérence, ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • j.delan le mardi 30 sept 2014 à 13:39

    La "démocratie" selon la bien-pensance socialopithèque : PITOYABLE et INDIGNE

  • rleonard le mardi 30 sept 2014 à 13:26

    on est pire qu'à l'ecole !!! tu n'as pas été sage, tu n'a pas obéi, tu auras la fessée !!! LAMENTABLE et c'est ca qui nous gouverne