PS : le ton se durcit entre candidats

le
0
Favori des sondages, Hollande est sous le feu croisé des critiques de ses adversaires, Aubry et Royal.

La mécanique est enclenchée. Le processus est diabolique. La primaire, qui devait être une machine à gagner, pousse les candidats à se distinguer et à s'affronter s'ils veulent se départager. François Hollande, parce qu'il est devenu le favori, est la cible. Ségolène Royal, parce qu'elle est distancée, est obligée de durcir le jeu. Martine Aubry, parce qu'elle a fait de son «caractère» un argument de campagne, est conduite à hausser le ton.

Les coups sont partis au même moment. Dans Le Figaro, jeudi, Ségolène Royal raille «l'inaction» de François Hollande et «l'inexpérience» électorale de Martine Aubry. La veille, la maire de Lille s'en prenait au flou supposé des positions de l'ex-premier secrétaire. «Le vrai changement, ce n'est pas l'accompagnement ou l'aménagement», a-t-elle lancé. Pendant ce temps-là, à Londres, Manuel Valls comparait Ségolène Royal «à Nagui» en politique. Ambiance.

Dans l'avion qui la ramenait de Toulouse jeudi matin, Aub

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant