PS : l'université d'été reportée, Cambadélis veut des «universités régionales décentralisées»

le , mis à jour à 16:15
7
PS : l'université d'été reportée, Cambadélis veut des «universités régionales décentralisées»
PS : l'université d'été reportée, Cambadélis veut des «universités régionales décentralisées»

L'université d'été du Parti socialiste, prévue en août à Nantes, sera remplacée par des «universités régionales décentralisées» courant septembre, a confirmé lundi le premier secrétaire du PS Jean-Christophe Cambadélis. « C'est une décision que je soumettrais au Bureau national et à la coordination de la Belle alliance populaire (ndlr : les alliés du PS ) mais pour moi c'est définitif », a t-il assuré. Ces rendez-vous «auront lieu dans 5 à 6 villes à travers la France», a précisé Jean-Christophe Cambadélis.

 

«Je ne veux pas me confronter à une guérilla d'une ultra gauche anti démocratique»

 

Pour justifier le report de l'habituelle université d'été, le premier secrétaire a une fois de plus souligné sur LCI le climat de violence, très visible notamment en marge des manifestations contre la loi Travail. «Les permanences du PS ont été attaquées, on a même tiré dessus à l'arme à feu (ndlr : sur le siège du PS à Grenoble fin mai), on veut interdire nos meetings, c'est une situation gravissime et moi je ne prends pas la responsabilité de détruite une ville, puisque que c'est ce que proposaient ces jeunes gens, je ne prends pas la responsabilité qu'il y ait des blessés... », a-t-il insisté. « Je ne veux pas me confronter à une guérilla d'une ultra gauche anti démocratique qui veut se faire la police et le PS », a encore martelé Jean-Christophe Cambadélis. 

Un peu plus tard, le Premier ministre Manuel Valls a qualifié depuis Ajaccio où il se trouve en déplacement, ce report de «décision sage», qui n'a selon lui «rien à voir avec le climat politique». «J'en ai parlé avec Jean-Christophe Cambadélis et la maire de Nantes Johanna Rolland à la suite du référendum dont les résultats ont été particulièrement clairs. Il y a bien sûr malheureusement des craintes de violences de groupes liés à l'ultragauche ou à la mouvance anarchiste», a-t-il ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • bordo il y a 5 mois

    Bien d'accord avec vous, frk987, ils ne se réunissent plus, ils ne sortent plus... bientôt, ils vont émigrer.

  • M940878 il y a 5 mois

    à vrai dire tout le monde s'en fiche de leur salade interne

  • frk987 il y a 5 mois

    Sont courageux les socialos, n'osent même plus se réunir, pour dire à quel point ils connaissent leur popularité et leurs capacités à gérer.

  • jfvl il y a 5 mois

    La peur des sans dents ?

  • M8252219 il y a 5 mois

    Retour de manivelle pour avoir protégé les gauchiste et ultras ce qui les amènent ou ils sont :

  • mlaure13 il y a 5 mois

    «La violence est là, ce n'est pas le résultat d'une politique, c'est une dérive de la société française»...une dérive de la société suscitée par la même dérive du PS...gros prétentieux...:-(((

  • ltondu il y a 5 mois

    Bande d'audacieux...