PS : jusqu'où iront les "frondeurs" ?

le
0
L'hémicycle de l'Assemblée nationale. © JACQUES WITT / Sipa
L'hémicycle de l'Assemblée nationale. © JACQUES WITT / Sipa

La fronde, à quel prix ? Les députés socialistes "frondeurs" qui ne voteraient pas la loi de finances rectificative débattue depuis lundi à l'Assemblée, risquent gros. Ils encourent des sanctions allant de l'avertissement à l'exclusion, à en croire les statuts du Parti socialiste qui érigent en dogme "l'unité de vote" du groupe. Le député Olivier Faure ne le cache pas, ils risquent de franchir la "ligne rouge", celle du vote des lois de finances, "ceux qui voteraient contre la loi de financement de la sécurité sociale s'exposeraient évidemment à sortir de la majorité". REGARDEZ les députés socialistes réagir Les députés "frondeurs" entendent malgré tout peser dans le débat sur le budget rectificatif 2014, qui se tient depuis lundi à l'Assemblée nationale. Leur arme : une série d'amendements déposés sans l'accord du groupe socialiste, qui contreviennent à la ligne du gouvernement. Comme la suppression de l'article six qui prévoit le gel des allocations logement, ou comme un amendement de l'article 1er, finalement rejeté, qui proposait des réductions d'impôts pour les entreprises dans lesquelles les apprentis représentent plus de 5 % de l'effectif total. "On n'est pas député de droit divin" Une initiative à l'issue de laquelle ils "espèrent convaincre" leurs camarades par le dialogue, escompte Pouria Amirshahi, pour qui la question des sanctions ne se pose pas : "Je n'imagine pas la démocratie comme étant un enfer...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant