PS : David Assouline n'est plus porte-parole

le
0
PS : David Assouline n'est plus porte-parole
PS : David Assouline n'est plus porte-parole

Le «chamboule-tout» de la majorité continue. Après le gouvernement, après le cabinet de François Hollande, c'est le Parti socialiste qui poursuit sa réorganisation. Alors qu'Harlem Désir, exfiltré vers le secrétariat d'Etat aux Affaires européennes, a quitté ses fonctions de premier secrétaire la semaine dernière, au tour de David Assouline d'annoncer qu'il saisit cette «occasion» pour céder le porte-parolat du parti majoritaire.

Le sénateur de Paris a fait part de sa décision ce lundi, lors de son dernier point-presse hebdomadaire. Celui qui avait pris la succession de Benoît Hamon au lendemain de la présidentielle de 2012, a dit vouloir «consacrer (son) énergie au renouvellement de notre pensée et nos pratiques».

«Ce fut un honneur énorme pour moi d'assurer cette fonction pendant deux ans», a-t-il affirmé, tout en se félicitant de pouvoir ainsi «retrouver (sa) parole de socialiste, singulière, toujours engagée». «Au service de mon parti, de nos convictions, des combats, toujours en solidarité avec cette bataille pour redresser notre pays dans la justice», a aussitôt précisé l'élu qui a également confié un certain ras-le-bol des «sollicitations médiatiques».

«Renouvellement de notre pensée»

«J'ai décidé de consacrer plus mon énergie au renouvellement de notre pensée, à la refondation nécessaire de nos pratiques politiques, pour renouer avec le mouvement de la société civile», a-t-il encore expliqué deux semaines après la déroute de son parti aux élections municipales. Il s'agit, a-t-il insisté, de «renouer la confiance avec tous les Français», mais aussi de «faire émerger une nouvelle génération de cadres socialistes, en phase avec des exigences nouvelles de nos concitoyens et capables de relever ce défi de renouvellement de notre pensée démocratique».

David Assouline occupait la fonction de porte-parole depuis 2012, avec trois autres responsables socialistes, Eduardo ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant