PS : Claude Bartolone hospitalisé à la suite d'un malaise

le
14
PS : Claude Bartolone hospitalisé à la suite d'un malaise
PS : Claude Bartolone hospitalisé à la suite d'un malaise

Grosse fatigue pour Claude Bartolone, le président PS de l'Assemblée nationale. Battu par la candidate LR Valérie Pécresse, ce week-end lors des régionales en Ile-de-France, au terme d'une violente campagne, il a été contraint de se rendre ce mardi après-midi à l'Hôpital américain.

C'est juste après le déjeuner, vers 14h30, alors qu'il s'apprêtait selon son entourage à présider dans l'hémicycle les traditionnelles questions au gouvernement, le député PS de Seine-Saint-Denis, âgé de 64 ans, s'est «senti mal». Conduit à l'Hôpital américain à Neuilly-sur-Seine (Hauts-de-Seine), Bartolone a passé une petite série d'examens. Résultat : tension artérielle de 24 et un mauvais virus de surcroit !

Le président de l'Assemblée a donc été mis au repos. C'est Laurence Dumont, vice-présidente et députée PS du Calvados, qui a dirigé la séance des questions au gouvernement.

D'ores et déjà, le bureau de l'Assemblée nationale programmé mercredi est annulé et tous les rendez vous politiques de Claude Bartolone sont repoussés. Il ne présidera pas non plus la séance prévue sur les questions européennes. «Il laisse passer la dinde de Noël et les fêtes», glisse un député proche.

Ce mardi matin, lors de la réunion du groupe des députés PS, Bartolone était déjà apparu très fatigué. «Il est touché», glisse un participant. Suite à sa défaite, il avait écrit à Bruno Le Roux, le chef de file des députés PS, pour, expliquait-il dans sa lettre «reconquérir sa légitimité auprès de ses pairs» et conserver ainsi la présidence de l'Assemblée. Sans vote, Claude Bartolone a été reconduit par acclamations. Il était par ailleurs revenu brièvement sur la polémique violente qui a émaillé l'entre-deux tours lorsqu'il avait par deux fois accusé son adversaire de droite de défendre «Versailles, Neuilly et la race blanche», jugeant son expression «pas forcément calibrée».

Le président de ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • tourisc il y a 12 mois

    Parait que le proctologue qui l'a opéré n'avait jamais vu autant de dégâts suite à des élections.Normal aàforce d'occuper des sieges pour lesquels il n'est pas fait.

  • schrett il y a 12 mois

    Reprocher à V.Pécresse d'être la candidate des beaux quartiers et aller se faire hospitaliser à Neuilly: la dernière pantalonnade de Barto !

  • M6980348 il y a 12 mois

    Avant de se faire hospitaliser il a pris le soin de se faire réélire président par ses amis députés socialistes démontrant par cette mesure combien il est méprisant envers les autres députés ..A croire qu'il n'est président que d'une assemblée partielle .Sa légitimité en prend un grand coup...C'est cela la normalité socialiste prônée par HOLLANDE..

  • bearnhar il y a 12 mois

    Faudrait quand meme pas se faire hospitaliser dans le 93 n'est-ce pas...

  • fquiroga il y a 12 mois

    grosse fatigue à point......le hasard fait (parfois) bien les choses......

  • Ja_smith il y a 12 mois

    Bartolone a payé cher ses déclarations de campagne contestables, il a perdu.Ceci étant dit, il est à l'hôpital, et je trouve assez pitoyable de s'en réjouir.Ce serait vrai pour n'importe qui à sa place.

  • bordo il y a 12 mois

    Quand à la "violente campagne" il ne peut s'en prendre qu'à lui-même. Allez, la vérité ? Il a disjoncté et ses camarades socialistes essayent de s'en débarrasser discrètement.

  • bordo il y a 12 mois

    Et pourquoi pas un hôpital militaire ?! Qui va payer? au prix où est l'américain il y en a pour 12000 euros.

  • M4098497 il y a 12 mois

    Pourquoi pas Necker qui est plus près quand on est à 14h30 à l'assemblée.

  • M4098497 il y a 12 mois

    Malaise diplomatique ?