PS : Cambadélis appelle la majorité à «cesser les postures»

le
0
PS : Cambadélis appelle la majorité à «cesser les postures»
PS : Cambadélis appelle la majorité à «cesser les postures»

A la veille de l'université d'été du PS qui s'ouvre vendredi à la Rochelle (Charente-Maritime) après une semaine marquée par un changement de gouvernement, l'arrivée du socialiste-libéral Emmanuel Macron à Bercy et la déclaration d'amour de Manuel Valls aux entreprises, dans un entretien au Monde, le patron du PS, Jean-Christophe Cambadélis appelle ses troupes à «cesser les postures». Tout en mettant en garde le Premier ministre sur la tentation libérale...

Depuis la nomination du gouvernement Valls II, le PS est plus que jamais divisé. Entre les «frondeurs» qui appellent à un changement de cap en matière de politique économique et ceux qui appellent au «rassemblement» derrière François Hollande, le locataire de la rue Solférino se pose en rassembleur et met en garde «tous les socialistes à ne pas surjouer leurs différences, parce que ça mute en divergences, et ça se termine en divisions». 

Opposé aux débats visant à «renverser le gouvernement»

«Le PS doit être le lieu du débat. Je ne serai jamais pour la discipline des consciences, pour un Parti socialiste caserne. Je me porte garant des débats, mais je ne saurais accepter qu'ils aient pour but de renverser le gouvernement» poursuit le député de Paris.

Le gouvernement a t-il toujours une majorité à l'Assemblée pour faire voter ses réformes ? L'élu de Paris tranche : «Les socialistes et la gauche sont condamnés à surmonter leurs divergences. Qui peut, socialiste, arriver à souhaiter que le gouvernement tombe ? Les conséquences seraient incalculables. Chacun sait que la dissolution serait aussi celle de ceux qui l'ont provoquée».

«La gauche a toujours eu deux cultures : celle de la réforme et celle de la contestation» explique-t-il. «Elles doivent dialoguer, mais ne pas s'affronter car, sinon, nous allons tous nous marginaliser». Et d'insister : «J'appelle à ce qu'on cesse les petites phrases, les postures, qu'on délaisse les ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant