PS à Marseille : Désir enterre Guérini

le
0
PS à Marseille : Désir enterre Guérini
PS à Marseille : Désir enterre Guérini

«Je considère qu'il ne fait plus partie de notre famille politique.» Venu participer à Marseille (Bouches-du-Rhône) à une «répétition de la procédure de vote» de la primaire socialiste, le premier secrétaire du PS, Harlem Désir, a balayé le cas Jean-Noël Guérini : « Il ne souhaite pas le succès de ces primaires et de ses candidats. Il y a bien longtemps que la page Jean-Noël Guérini a été tournée à Marseille.»

«Guérini, c'est fini pour le PS», a-t-il ajouté à propos du président du Conseil général des Bouches-du-Rhône, notamment mis en examen pour association de malfaiteurs dans deux affaires, dans le cadre d'un vaste dossier de marchés publics présumés frauduleux du département, en lien avec son frère Alexandre Guérini.

Désir veut «saisir la haute autorité du PS»

Ce dimanche, Harlem Désir a affirmé qu'il «saisirait la haute autorité du Parti socialiste» qui statuera de façon souveraine dans les prochains jours. «Elle est chargée de faire respecter les règles d'éthique et de droit s'imposant aux adhérents du parti socialiste», a rappelé Alain Fontanel, secrétaire national aux fédérations et conseiller politique du premier secrétaire.

La veille, deux des principaux candidats à la primaire PS pour les municipales à Marseille, Marie-Arlette Carlotti et Patrick Mennucci, avaient une nouvelle fois réclamé l'exclusion du PS de Jean-Noël Guérini. «Nos concitoyens attendent de nous des actes concrets qui vont dans le sens de la clarification et de la moralisation de la vie publique locale», avait plaidé la première. «Harlem Désir ne doit plus se défausser», avait prévenu le second.

Cette offensive anti-Guérini n'a pas fait l'unanimité parmi les candidats à la primaire. «On a l'impression que certains parlent plus de cela que de leur programme. Moi, ce qui m'intéresse, c'est d'apporter des réponses aux Marseillais, je ne suis ni juge, ni avocat, ni procureur! Quand il a ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant