Prurit : ne pas ignorer la part psychologique

le
0
Même si la plupart des prurits, à l'origine de fortes démangeaisons, ont une cause organique, la part émotionnelle est toujours présente.

Comme pour la douleur, le vécu du prurit est toujours très individuel, très variable d'un sujet à l'autre. L'intensité du prurit varie aussi en fonction de l'activité du moment. Ceux qui en souffrent ont souvent constaté sa tendance à s'exacerber en fin de journée ou la nuit, quand les activités quotidiennes font place à la détente, au repos, comme si le système nerveux, plus disponible, devenait plus réceptif aux signaux envoyés par la peau.

«Il existe des prurits psychogènes, et la moitié des prurits chroniques non associés à une maladie cutanée n'ont pas de cause flagrante. Mais même si la plupart des prurits ont une cause organique, la part émotionnelle est toujours présente, le prurit sera toujours ressenti de manière plus intense en situation de stress ou dans un contexte dépressif. Un prurit chronique intense pe...



Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant