Prudhomme : " Un rêve se réalise "

le
0
Prudhomme : " Un rêve se réalise "
Prudhomme : " Un rêve se réalise "

Christian Prudhomme a dévoilé ce mardi matin le parcours du Tour de France 2016. Tracé pour les grimpeurs avec neuf étapes de montagnes et surtout 28 cols au programme, le directeur du Tour avoue que ce Tour 2016 est placé sous le signe du patrimoine.

C’est au Palais des Congrès que le Tour de France 2016 a connu son premier départ mardi matin. Autour de plusieurs cyclistes professionnels, Christian Prudhomme a dévoilé et décortiqué pour la première fois le parcours officiel du Tour de France 2016. Cette année, pas de jaloux, il y aura autant d’étapes de plaine que de montagne. Cette année, le Tour est encore plus dessiné pour les grimpeurs. Mais le directeur de course insiste, c’est toujours le cas, « Le Tour est toujours pour les grimpeurs. Si on n'est pas grimpeur, on ne peut pas gagner le Tour de France. Il faut grimper bien sûr, il faut surtout être constant, avoir des qualités physiques et nerveuses pour résister trois semaines. L'an dernier, le Tour s'est joué autant dans le vent de la Zélande dès le premier dimanche que dans la montagne. Cette année, la palette des possibles a été élargie au maximum, entre les 5eme et 20eme étapes. Sur les premières arrivées en montagne, il faudra monter et aussi descendre ».

Un tour pour grimpeur donc, mais qui laisse quand même une place important aux baroudeurs, même si le profil des étapes ne laisse pas, à première vue, le présager. « Mais vous savez que, pour les baroudeurs, il y a toujours la possibilité de trouver un chemin. Et pas simplement l’étape qui nous mènera à Revel. Je crois au contraire qu’il y a beaucoup de possibilités, précisément pour les baroudeurs dans la première semaine, parce que dans l’étape du Massif Central dès le mercredi et les deux premières étapes des Pyrénées, les trois ou quatre grands favoris du classement général, ne souhaiteront pas se lancés déjà pleinement dans la bataille. Il y a vraiment de la place et un terrain fait pour ceux qui vont oser assurément, et ils pourront peut-être se composer un petit spécule et pourquoi pas le garder le plus longtemps possible », assure Christian Prudhomme.

Un rêve devenu réalité

Pour ce Tour de France, trois pays étrangers seront visités. L’Espagne, l’Andorre, et surtout la Suisse. Chez les Helvètes, les coureurs vont vivre trois jours inoubliables. En l’espace de 72 heures, les Froome, Contador et consort vont pédaler avec le Mont Blanc pour paysage. Pour la première fois, le Tour de France verra une arrivée sur le barrage de Finhaut-Emosson. « Les coureurs seront dans les neiges éternelles, c’est vraiment fabuleux. En plus, il se trouve qu’on va passer devant le glacier du Tour, hasard total fait pour nous. Le Mont Blanc nous attend, et ça va être une arrivée peu commune. Parce que l’étape n’est rendue possible que parce que, pour d’autres raisons qui n’ont rien à voir avec le vélo, un tunnel et une route de 7 kilomètres sous la montagne a été creusé. Je n’imaginais qu’on puisse aller à Finhaut-Emosson en étant en cul de sac, du coup on ne l’est plus et c’est ce qui permet la réalisation d’un rêve. Parce que c’est absolument splendide et c’est dur ».

Car oui, le Tour de France, c’est aussi la visite de la France et de ses pays limitrophes. Et Christian Prudhomme affiche sans relâche cet aspect de la course, en plus d’équilibrer au maximum la compétition. « Notre volonté sur ce Tour de France 2016, c’est vraiment d’ouvrir l’éventail des possibilités, avec une première étape de montagne dès le cinquième jour, avec une étape de montagne à la veille de l’arrivée sur les Champs-Elysées, et avec un parti pris encore plus esthétique qu’à l’ordinaire et ça c’est dû au départ du Mont Saint-Michel et du département de La Manche, qui donne vraiment le ton. On passera par la cité de Carcassonne, on sera pendant trois jours avec le Mont Blanc, en visu. Aussi bien côté suisse que côté français. On finira par Chantilly et les Champs. Le Tour de France, c’est la compétition cycliste la plus grande au Monde et c’est bien plus que ça. Le Tour de France c’est la découverte du patrimoine, c’est la découverte de la France, c’est la découverte pays limitrophes. Et c’est aussi, en allant pour nous à l’étranger, permettre aux étrangers de découvrir notre pays. Donc ce petit mélange, plus toutes les contraintes de kilométrages de la Fédération Internationale, plus les contraintes géographiques, plus notre volonté, et vous parvenez au parcours du Tour de France ».

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant