Prudence sur les ventes de cacao ivoirien

le
0
(Commodesk) La réforme du marché à terme du cacao ivoirien, entrée en vigueur début février, ne fait pas l'unanimité chez les négociants. Tandis que le gouvernement se félicite du succès des premiers échanges, portant sur la prochaine campagne 2012-2013, certains opérateurs ont boudé le marché.

Ce système inspiré de la Caisse de stabilisation, qui a fait les beaux jours du cacao ivoirien dans les années 1970, vise à assurer au planteur un prix garanti de 1000 F CFA (soit 70% du cours rendu Europe). Il doit fluidifier le marché. Pourtant, à ce stade, des stocks se constituent, les producteurs attendent de voir.

Le système de vente électronique, par petits tonnages, confronte l'offre du jour à la demande des négociants. Le prix est celui de la veille, pondéré par les premiers échanges. Le différend avec le négoce porte sur la part revenant à l'opérateur public. C'est le Conseil du café-cacao qui détermine ce qu'il reversera aux planteurs, après la récolte, sur la base des prix lissés de la saison.

Valeur associée
  Libellé Bourse Dernier Var. Vol.
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant