Prudence à l'Onu après les annonces sur le gaz sarin en Syrie

le
1
L'ONU SE MONTRE PRUDENTE APRÈS LES ANNONCES SUR LE GAZ SARIN EN SYRIE
L'ONU SE MONTRE PRUDENTE APRÈS LES ANNONCES SUR LE GAZ SARIN EN SYRIE

NATIONS UNIES (Reuters) - Les Nations unies ont exprimé mercredi leur prudence face aux affirmations françaises de la veille, selon lesquelles les forces syriennes loyales au Président Bachar al Assad ont certainement employé du gaz sarin contre la rébellion.

Laurent Fabius, ministre français des Affaires étrangères, a précisé que des résultats d'analyses, réalisées en France, avaient été remis au professeur Ake Sellström, chef de la mission d'enquête chargée par Ban Ki-moon, secrétaire général de l'Onu, de vérifier les accusations d'emploi d'armes chimiques en Syrie.

"M. Sellström prévient qu'il n'est pas sûr que ces renseignements soient valides, en l'absence d'indications suffisantes sur la traçabilité des données recueillies", prévient mercredi l'Onu dans un communiqué.

Mark Lyall Grant, président du Conseil de sécurité de l'Onu en tant qu'ambassadeur du Royaume-Uni, a jugé que les doutes d'Ake Sellström étaient compréhensibles, mais qu'ils ne remettaient pas en cause le consensus sur l'usage d'armes chimiques en Syrie.

Les Etats-Unis avaient déjà estimé mardi qu'ils avaient besoin de plus d'informations sur l'usage de telles armes.

Les enquêteurs des droits de l'homme de l'Onu avaient précédemment dit avoir des "motifs raisonnables" de penser que des armes chimiques ont été utilisées en "quantité limitée" en Syrie, sur la base d'entretiens avec des victimes, du personnel médical et d'autres témoins.

Louis Charbonneau, Julien Dury pour le service français

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • dupon666 le jeudi 6 juin 2013 à 12:50

    Ca fait penser à une ceremonie satanique