Prothèses PIP : les questions clés d'un procès hors normes

le
0
Les débats s'ouvrent ce matin à Marseille dans un contexte tendu. Des avocats ont demandé un report et le certificateur est sur le banc des victimes.

Le premier procès du scandale sanitaire des prothèses mammaires PIP s'ouvre aujourd'hui à Marseille pour un mois. Cinq anciens dirigeants de la société Poly Implant Prothèse (PIP) doivent comparaître pour tromperie aggravée et escroquerie. Sur les 300.000 femmes dans le monde qui se sont fait poser ces implants, 30.000 sont françaises. La moitié d'entre elles se sont fait explanter. Plusieurs centaines sont attendues pour ce procès hors normes.

o Pourquoi ce procès?

Pendant dix ans, Jean-Claude Mas, le fondateur de l'entreprise, a organisé un incroyable mensonge industriel. Il a utilisé pour remplir ses prothèses, un «gel maison» non conforme à son dossier d'habilitation, au nez et à la barbe de son certificateur et des autorités sanitaires. Ce gel industriel utilisé à la place d'un gel médi...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant