Prothèses PIP : les chirurgiens rassurants

le
0
L'absence d'augmentation du risque de cancer est confirmée, en dépit d'un taux de rupture très élevé.

Un an après le scandale des prothèses PIP, le message des chirurgiens se veut rassurant. Deux études françaises présentées au congrès de la Société française de sénologie et de pathologie mammaire, à la Défense, ne relèvent ainsi «aucun effet toxique» de ces prothèses contenant un gel non conforme, mais confirment un taux de rupture anormalement élevé.

L'analyse porte sur 770 prothèses implantées par l'Institut du sein à Paris entre 2000 et 2009. Depuis, 374 prothèses ont été retirées. «Aucun cas de cancer n'a été observé chez les femmes implantées pour des raisons esthétiques et le taux de récidive n'est pas augmenté de manière suspecte dans les cas de reconstruction mammaire après un cancer», indique le Dr Krishna Clough, chirurgien.

L'étude met par ailleurs en évidence un taux de rupture de 13 % après quatre ans, ce qui est quatre fois plus éle...



Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant