Prothèses : la loi de la jungle

le
0
Le scandale des implants PIP a levé le voile sur certaines pratiques. Enquête sur un monde où les contrôles sont quasi inexistants et la pression de l'industrie très forte.

Selon nos informations, les implants mammaires de PIP ne seraient que la face émergée de l'iceberg dans le monde des «dispositifs médicaux», appellation qui regroupe tous les produits de type prothèses, pacemaker, ou respirateurs artificiels.

«Dans ce domaine, il y a des bombes un peu partout, confie un expert sanitaire reconnu. Et pas seulement en chirurgie esthétique!», explique un autre. «Environ 20% des dispositifs médicaux implantables actuellement en circulation n'ont pas bénéficié d'essais cliniques prouvant leur innocuité à trois, quatre ou cinq ans», renchérit Pierre Faure, chef du service de pharmacie à l'hôpital Saint-Louis (Paris) et président du comité des dispositifs médicaux pour l'Assistance publique-hôpitaux de Paris.

» L'exemple des valves cardiaques percutanées

En provenance de l'ile Maurice ou de Chine

À cela, plusieurs explications. D'abord, contrairement à ce qui se fait pour les médicaments, il n'existe pas d'autorisation de mise su

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant