Prothèses de hanche : de nouveaux matériaux

le
0
Auparavant susceptible de créer une ostéolyse, la céramique est aujourd'hui la référence et domine le marché.

Si les premières tentatives de prothèses de hanche remontent à la fin du XIXe siècle, il faut attendre le début des années soixante pour qu'elles deviennent réellement fonctionnelles. Depuis, les progrès ont été constants, notamment dans les matériaux constituant les surfaces articulaires. Aujourd'hui, les prothèses de hanche utilisent trois sortes de «couples de frottement» différents.

Céramique, la référence

L'un des plus anciens est le couple «dur-mou», avec une tête en acier inoxydable, en cobalt ou en céramique, s'articulant, côté bassin, dans une cupule en polyéthylène cimentée sur le cotyle. «C'est la référence, avec un recul de vingt-cinq ans», souligne le Pr Moussa Hammadouche (CHU Cochin). Principales limites, le polyéthylène s'usait, d'où la nécessité de réintervenir après une quinzaine d'années, et libérait des débris susceptibles de créer une ostéolyse. On a trouvé la parade avec le polyéthylène hautement réticulé: en irra

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant