Protéger son chat, c'est se protéger soi-même

le
0

Le chat, même s'il est réputé être très propre, doit faire l'objet de mesures d'hygiène et de prévention. Tant pour sa santé que celle de ses maîtres.

Zoonoses: des maladies transmissibles de l'animal à l'Homme

Le chat peut transmettre certaines maladies à l'Homme (zoonoses). Et pas seulement par le biais des vers digestifs.

D'une manière générale, les agents pathogènes présents dans le système digestif, le système respiratoire, dans la cavité buccale ou encore sur le poil du chat sont très nombreux.

Parmi les zoonoses, on peut citer la teigne du chat (Dermatophytose). Cette mycose se déclarant sous forme d'une affection cutanée est causée par des champignons.

La teigne peut elle aussi contaminer l'humain par simple contact avec un chat atteint ; l'inverse est également possible ; une zoonose se définit aussi par la possibilité de transmission de l'Homme à l'animal.

La gale sarcoptique est une maladie parasitaire que l'on rencontre pour sa part principalement chez le chien. Chez le chat, c'est d'une autre forme dont il est question: la gale notoérique, une atteinte cutanée.

La cheyletiellose est une autre maladie cutanée parasitaire transmissible. Sa prolifération se fait en surface de la peau du chat par le biais de parasites (Cheyletiella yasguri).

Autre danger: la pasteurellose. Les bactéries responsables se trouvent de manière normale dans la cavité buccale de bon nombre de chats et peuvent être pathogènes.

Lutter contre les vers mais aussi les parasites

La vermifugation (lutte contre les vers intestinaux) doit s'accompagner d'une lutte constante contre les parasites externes.

Au rang des parasites, dans le cas des puces, elles ne sont pas seulement responsables de piqûres provoquant des démangeaisons. Elles peuvent aussi transmettre le ténia.

Tous les traitements pour protéger les chats peuvent être financés par le forfait prévention de la mutuelle pour animaux.

Si malgré tout le chat venait à contracter une maladie, l'assurance santé animale prendrait en charge les frais vétérinaires.

Une bonne hygiène de l'environnement du chat est nécessaire: changement de la litière, lavage du bac. Mais aussi nettoyage des mains après avoir manipulé l'animal.

On évoque souvent les accidents suite à des morsures de chiens. Mais il faut aussi être prudent face aux morsures ou de griffure de chats, même si elles sont moins nombreuses.

Ne pas sous-estimer les morsures et griffures de chat

Une étude menée par un hôpital américain a mis en évidence que les morsures de chats conduisent les victimes à être hospitalisées une fois sur trois.

Les blessures suite à morsure de chat sont «sournoises», car leurs dents fines provoquent des lésions qui ne semblent parfois pas profondes, alors que cela n'est pas toujours le cas en réalité.

Les risques de complications et/ou de séquelles sont bien réels. Après un lavage à l'eau et au savon de la plaie, il est recommandé de consulter un médecin.

L'étude américaine évoque notamment la présence de Pasteurella multocida, un germe à l'origine d'infections cutanées.

La maladie des griffes du chat est aussi à redouter. Elle est due à une bactérie (Bartonella henselae) dont le germe est présent chez les puces du chat et leurs déjections.

Dans ce cas encore, l'utilité de la lutte contre ces parasites prend tout son sens. Même chez les chats d'intérieur, qui ont eux aussi besoin d'être protégés.

SERVICE:

» CPLUSSUR.com: découvrez la meilleure assurance chiens/chats à partir de 8.90¤/mois

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant