Protéger les ressources en eau des centrales nucléaires, une priorité pour l'IRSN

le
0
(Commodesk) L'Autorité de sûreté nucléaire (ASN) et l'Institut de radioprotection et de sûreté nucléaire (ISRN) considèrent que seul "un faible nombre d'installations nucléaires françaises présentent des écarts de conformité" avec ce qui est nécessaire en cas de catastrophe exceptionnelle, dans leur rapport rendu public ce jeudi. "Des actions correctives sont déjà en cours et seront accélérées". Ce qui laisse entendre qu'aucun réacteur ne doit être arrêté. Toutefois, l'IRSN attire l'attention sur l'éventuelle défaillance de certains dispositifs d'approvisionnement en eau. EDF doit, par exemple, pallier "l'insuffisance de ses réserves" hydrauliques de secours, à destination des générateurs de vapeur, en cas de baisse de tension externe. Le groupe électronucléaire doit également "garantir" ses "piscines de désactivation", qui serviraient à évacuer "la puissance résiduelle" de l'uranium et compenser "l'ébullition induite par la perte de refroidissement". Une "agression naturelle majeure" peut en effet conduire à une fuite significative en eau et à une "réduction induite des délais avant découvrement du combustible". L'IRSN préconise aussi la mise en ?uvre de contrôles et de modifications, en vue d'éviter "tout dénoyage des assemblages combustibles, dans une situation accidentelle". De son côté, le Commissariat à l'énergie atomique (CEA) s'est engagé auprès de l'IRSN à améliorer "le délai de grâce" (temps avant un risque de fusion du coeur) du réacteur OSIRIS du CEA-Saclay. Un risque sismique pourrait conduire à une "perte généralisée des alimentations électriques et d'appoint en eau". De même, le réacteur RJH du CEA-Cadarache devra disposer d'une "réserve d'eau interne à l'installation", ainsi qu'étendre le "rayon d'action du circuit de recirculation ultime". Pour le site AREVA de La Hague, l'IRSN souligne l'importance du "renforcement de la robustesse de l'alimentation en eau". Le géant du nucléaire doit aussi être capable de rétablir un système de refroidissement de secours, pour les piscines d'entreposage des combustibles irradiés, ainsi que des cuves d'entreposage pour les solutions concentrées de produits de fission. L'objectif est d'assurer les fonctions "vitales" des installations nucléaires pendant plusieurs jours, le temps que des moyens externes au site interviennent.
Valeur associée
  Libellé Bourse Dernier Var. Vol.
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant