Protéger les eaux de source sans tuer l'agriculture

le
0
Depuis 1989, dans les Vosges, Nestlé concilie élevage intensif et contraintes écologiques.

Aucun insecticide, zéro herbicide, des nitrates qui ne dépassent pas 10 milligrammes par litre d'eau (mg/l) quand la norme de potabilité est de 50 mg/l... Au c½ur des Vosges, Philippe Pierre couve ainsi près de 10.000 hectares de terres agricoles parsemées de terrains de golf et d'un hippodrome avec une seule obsession: éviter la moindre contamination de l'eau de surface ou souterraine.

L'enjeu est de taille: c'est là que se nichent les sources qui alimentent Vittel, Hépar et Contrex. À la tête d'Agrivair, la filiale de Nestlé Waters qui exploite les eaux, l'homme se montre d'autant plus fier du travail accompli qu'il réussit à concilier ce qui, officiellement, ne l'est jamais: des contraintes écologiques et de l'élevage l'intensif, de l'eau propre et d'importants cheptels bovins.

L'aventure débute en 1989. «On s'est rendu compte que le modèle agricole était en pleine évolution et à haut risque», raconte Philippe Pierre. La culture du maïs pour nourri

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant