Protection des personnalités : les petites lubies des politiques

le
1
Édouard Balladur, ancien Premier ministre, bénéficie d'une protection rapprochée, avec voiture et chauffeur. (crédit : ALEXANDER KLEIN)
Édouard Balladur, ancien Premier ministre, bénéficie d'une protection rapprochée, avec voiture et chauffeur. (crédit : ALEXANDER KLEIN)

Un ministre ne se déplace jamais sans sa garde rapprochée. Comme le président, ses prédécesseurs, les anciens Premiers ministres et des personnalités de la société civile particulièrement menacées, un service de protection, dépendant du ministère de l'Intérieur, veille à la sécurité des VIP de l'État. Le pouvoir d'affecter ou de retirer des agents du Service de la protection (SDLP) revient au ministère de l'Intérieur. Mais le système débouche parfois sur des abus.

Un rapport de la Cour des comptes, publié en 2010, avait déjà pointé du doigt la note salée de la protection des personnalités, qui s'élève à plus de 70 000 euros par an et par personne. Et

Le Parisien révèle ce mercredi les petits caprices de certaines d'entre elles. Ainsi, l'ancien Premier ministre Édouard Balladur se servirait des agents chargés de sa sécurité comme d'un service de conciergerie. « Un ex-officier de sécurité a quitté son poste, car il ne supportait pas qu'Édouard Balladur lui demande de cirer ses chaussures et de sortir son chien », raconte un policier au journal. « Affabulation stupide ! » répond l'ex-chef de gouvernement. Reste qu'il aurait été aperçu récemment chez un fleuriste du 16e arrondissement de Paris, au côté d'un agent qui portait le bouquet.

La famille de Brice Hortefeux en profite

Brice Hortefeux, protégé en sa qualité d'ancien ministre de...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M2141043 il y a 2 mois

    une honte ces dépenses inutiles...allez hop chez PE et qu'on leur propose des stages de cireurs et porte bouquets