Protection des données : Google menacé de sanctions par la Cnil

le
0
Protection des données : Google menacé de sanctions par la Cnil
Protection des données : Google menacé de sanctions par la Cnil

La Commission nationale de l'informatique et des libertés (Cnil) tape du poing sur la table. Elle vient de mettre en demeure, ce jeudi, Google de se mettre en conformité avec la loi française Informatique et libertés de 1978. Le géant américain du Web dispose d'un délai de trois mois pour se plier au droit français. . En cas de refus, la Cnil pourra enclencher la phase de sanctions financières, qui peuvent atteindre au maximum 150 000 euros.

Cette injonction intervient alors que Google a mis en place de nouvelles règles de confidentialité depuis le 1er mars 2012, en regroupant les informations de plusieurs services autrefois séparés, comme la messagerie Gmail et le réseau communautaire Google+. «Les données que nous collectons par le biais de nos services nous permettent de les fournir, les entretenir, les protéger, les améliorer tout en développant de nouveaux services et en protégeant Google ainsi que nos utilisateurs. Ces données nous permettent également de vous proposer des contenus adaptés tels que des annonces et des résultats de recherche plus pertinents», précisait l'entreprise.

L'internaute ne maîtrise pas l'utilisation de ses données personnelles

Pour la Cnil, Google collecte, via des cookies (ces petits fichiers mouchards qui suivent l'internaute à la trace et permettent notamment de cibler finement la publicité), des données comme les numéros de téléphone, la localisation géographique, les centres d'intérets, mais aussi l'historique des pages consultées ou les contenus les plus appréciés par les utilisateurs. «Google n'est toujours pas en conformité au regard du droit national», déplore Isabelle Falque-Pierrotin, présidente de la Cnil. La Commission a identifié «une série de manquements» qui font que l'utilisateur «n'est pas en mesure de connaître l'utilisation qui peut être faite de ses données et les maîtriser». Elle demande que les internautes soient «informés» et que leur ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant