Prostitution: un faux site pour montrer l'envers du décor aux clients

le
0
Prostitution: un faux site pour montrer l'envers du décor aux clients
Prostitution: un faux site pour montrer l'envers du décor aux clients

"Tu cherches à joindre Inès ? Elle est morte, jetée d'un pont par son proxénète." Une association abolitionniste a tenté de sensibiliser des clients à "l'envers du décor" de la prostitution en les piégeant au printemps sur un faux site internet de call-girls.Sur girlsofparadise.sex, dix femmes présentent leurs charmes sur fond noir et rose : "Femme fatale ou élève docile... je serai celle que vous souhaitez", prétend Vicky, 21 ans, en fait une comédienne engagée pour prendre des poses lascives.Des numéros de téléphone portable sont disponibles pour contacter les prétendues call-girls. Mais ce sont des militantes du Mouvement du Nid, à l'origine de la campagne, qui prennent les appels. Un programme informatique répond aux sollicitations par "lovechat"."Tu veux voir d'autres photos ?", propose la messagerie. Apparaissent alors des clichés de jeunes femmes défigurées. Puis un texte, dur : "Le corps de Julia, calciné, entaillé et massacré au poing américain a été retrouvé aux abords du Bois de Boulogne. Assassinée par un client."Tous les drames contés sur girlsofparadise.sex reposent sur des faits réels, affirme le Mouvement du Nid, très actif dans le vote en avril de la loi sur la prostitution, dont la pénalisation du client constitue la mesure phare."L'objectif était de montrer un peu l'envers du décor", explique à l'AFP Claire Quidet, sa porte-parole.La prostitution en ligne, qui apparaît beaucoup plus "aseptisée" et "glamour" que celle de rue, n'est en fait "pas aussi belle en réalité" car "si la prise de contact diffère, les risques, les violences subies restent les mêmes", remarque-t-elle."S'il n'y avait pas autant d'argent dépensé par les clients, l'industrie ne ferait pas autant d'argent et tous ces sites et réseaux ne seraient pas mis en place", observe encore Mme Quidet.De fait, ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant