Prostitution : le débat sur la proposition de loi s'envenime

le
1
La pénalisation du client et l'abandon du délit de racolage passif sont critiqués par plusieurs associations.

Avant même d'être débattue, le 27 novembre, dans l'Hémicycle, la proposition de loi contre la prostitution n'en finit plus de susciter la polémique. Ce texte, qui abroge le délit de racolage public, prévoit notamment la création d'une amende de 1500 euros sanctionnant le client, ainsi qu'un «stage de sensibilisation aux conditions d'exercice de la prostitution». Le Haut Conseil à l'égalité entre les femmes et les hommes (HCE), institution créée par François Hollande début 2013, a rendu mardi un avis favorable, jugeant le «moment historique». Mais l'ancienne candidate socialiste à la présidentielle Ségolène Royal s'est déclarée «radicalement hostile» à la suppression du délit de racolage passif. Tandis que toute une série d'associations ayant l'habitude d'aider les prostituées, comme Médecins du monde ou le Planning familial, estiment que le texte est u...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • mucius le mercredi 6 nov 2013 à 21:23

    Ces conn... veulent f... leur g... partout et taxer tout ce qu'ils peuvent. Qu'on arrête d'emm... les gens, par pitié!