Propos de Sarkozy sur les migrants : Hollande appelle à la «maîtrise»

le , mis à jour à 01:05
29
Propos de Sarkozy sur les migrants : Hollande appelle à la «maîtrise»
Propos de Sarkozy sur les migrants : Hollande appelle à la «maîtrise»

Les propos de Nicolas Sarkozy jeudi soir en meeting à l'Isle-Adam (Val d'Oise), comparant l'afflux de migrants à une fuite d'eau, ont, alors que le patron des Républicains avait déjà rôdé son argument à une réunion des nouveaux adhérents du parti, fait réagir tous les bords politiques, de l'extrême gauche à l'extrême droite. 

Même le président de la République, François Hollande, interrogé à ce propos lors de la conférence de presse de clôture d'un sommet régional à Bratislava (Slovaquie), s'en est ému. «Quand il s'agit de personnes, d'êtres humains, quand il y a des sujets aussi graves, je crois que ça vaut pour tout le monde, il faut les aborder et les évoquer avec gravité et donc avec maîtrise», a rappelé le chef de l'Etat.

QUESTION DU JOUR. Sarkozy a-t-il été trop loin en comparant l'afflux des migrants à une fuite d'eau

La veille, brocardant la proposition de la Commission européenne de répartir les migrants entre tous les pays européens, Nicolas Sarkozy s'était permis cette comparaison : dans « une maison, il y a une canalisation qui explose, elle se déverse dans la cuisine. Le réparateur arrive et dit, j'ai une solution : on va garder la moitié pour la cuisine, mettre un quart dans le salon, un quart dans la chambre des parents et si ça ne suffit pas il reste la chambre des enfants ».

« La vie politique mérite mieux que ces phrases stigmatisantes », a réagi Manuel Valls en fin de matinée. « Pédagogie vulgaire » dont les Français et les migrants « n'ont pas besoin », a tancé vendredi, sur iTélé, le secrétaire d’État aux relations avec le Parlement Jean-Marie Le Guen. « Sur la forme, c'est un manque de respect à la fois, évidemment, pour les personnes concernées, parce que quelle que soit la fermeté avec laquelle on agit, il faut le faire avec le respect ».

VIDEO. Des «phrases stigmatisante et pas au niveau», selon Valls

VIDEO. Sarkozy compare l'afflux de ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • pier4564 le samedi 20 juin 2015 à 21:24

    justement, en fait de maitrise la hollandie ne maitrise malheureusement rien du tout!

  • saggy le samedi 20 juin 2015 à 14:32

    avec la clique hollandaise on touche le fond ....vivement 2017 qu'ils dégagent ou avant si possible,....un accident de scooter est si vite arrivé !!

  • coffrefo le samedi 20 juin 2015 à 11:55

    on sortira sa boite a outils !!!

  • Phillrug le samedi 20 juin 2015 à 11:53

    Humanité, pardon !

  • Phillrug le samedi 20 juin 2015 à 11:53

    Encore une fois la plupart des médias ont volontairement tronqué l'intervention de NS. Au-delà de la "fuite d'eau" expliquant le trop plein d'un flux migratoire incontrôlé, il est question d'umanité et des risques majeurs encourus par des personnes désespérées.Que de débats pour rien !

  • M4484897 le samedi 20 juin 2015 à 11:07

    pas choqué par la métaphore du plombier, j'ai entendu la même avec , non de l'eau, mais les égouts qui se déversent! Branlot premier a la main sur les vannes mais couper le flot le priverait d'une bonne partie de son électorat futur, son intention étant de leur donner le droit de voter

  • M4484897 le samedi 20 juin 2015 à 11:03

    m6418959 l'eau monte, le navire commence a couler et le capitaine ordonne de mettre les pompes en route, a fond vers l'intérieur du bateau

  • jean-648 le samedi 20 juin 2015 à 10:03

    Quelles analyses de "tordus". Et vous voulez un référendum de tordus ???

  • janaliz le samedi 20 juin 2015 à 09:44

    Chut ! le casqué ! On ne peut plus t'entendre. J'ose rappeler au souvenir de ce sieur ses propos sur les courbes qui s'inversent...

  • boudet le samedi 20 juin 2015 à 08:08

    Des «phrases stigmatisantes et pas au niveau», selon Valls. Le niveau est bien plus élevé en se déplaçant en jet pour aller voir un match de foot aux frais des contribuables. La réunion avec Platini, c'est du bla bla car Platini était à l'élysée 3 jours plus tard.