Propos de Cahuzac sur Rocard : Valls se dit «triste» et «dégoûté»

le , mis à jour à 11:31
4
Propos de Cahuzac sur Rocard : Valls se dit «triste» et «dégoûté»
Propos de Cahuzac sur Rocard : Valls se dit «triste» et «dégoûté»

Ce mardi matin, les politiques invités des matinales ont tous les noms de «Cahuzac» et «Sarkozy» à la bouche. La journée judiciaire de lundi fait des remous, après que l'ancien ministre socialiste a assuré avoir ouvert son premier compte en Suisse pour financer le courant politique de Michel Rocard et que le parquet de Paris a demandé le renvoi en correctionnelle de l'ancien chef de l'Etat dans l'affaire Bygmalion.

 

«On a du mal à suivre Jérôme Cahuzac», s'agace Manuel Valls. Invité de RTL, le Premier ministre, qui a été conseiller de Michel Rocard à Matignon, défend sa mémoire. «Je n'étais pas au courant», explique-t-il concernant les révélations de Jérôme Cahuzac. Il tient à rappeler que c'est justement Michel Rocard qui «a permis vote d'une loi instaurant la transparence» du financement politique. «Je sais quelle était l'éthique de Michel Rocard et de son entourage», insiste Manuel Valls. Il ne croit pas non plus «un seul instant» que l'industrie pharmaceutique l'ait financé.  «C'est à Jérôme Cahuzac de s'expliquer. Je suis triste et je rajouterai presque dégouté», se désole le Premier ministre, faisant remarquer que les propos de Jérôme Cahuzac visent deux personnes décédées, Michel Rocard et celui qui fut son principal conseiller, Guy Carcassonne. «On a du mal à suivre Jérôme Cahuzac», lâche-t-il. 

 

Manuel Valls refuse en revanche de commenter la décision du parquet de Paris sur Nicolas Sarkozy, mais réagit aux commentaires des proches de l'ex-président de la République, qui assurent qu'il s'agit là d'une manoeuvre politique. «C'est insupportable», martèle le Premier ministre, réaffirmant l'indépendance de la justice et niant farouchement toute intervention de l'Elysée dans le dossier

.

Manuel Valls réaffirme ses principes : «Indépendance de la justice, présomption d'innocence et rappel de ce qu'est l'éthique d'engagement, que Lionel ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M3866838 il y a 5 mois

    Tartufe ou pas Tartufe, that is the question.

  • g.pajot il y a 5 mois

    Pour une fois je partage je suis "triste" et "dégoûté" des hommes politiques et de ne plus les croire...

  • M1903733 il y a 5 mois

    Cahuzac l'image intégrale de la gauche. Mensonges sur mensonges et si c'est la vérité elle n'est pas belle.

  • M4709037 il y a 5 mois

    Dégoûté de quoi ? d'un mensonge ou d'une vérité ? et ci c'était vrai ?