Propos de Bourdouleix : enquête ouverte pour «apologie de crime contre l'humanité»

le
1
Propos de Bourdouleix : enquête ouverte pour «apologie de crime contre l'humanité»
Propos de Bourdouleix : enquête ouverte pour «apologie de crime contre l'humanité»

Au lendemain de ses déclarations sur Hitler et les gens du voyage, publiées lundi dans le Courrier de l'Ouest, le député-maire de Cholet Gilles Bourdouleix est visé par une enquête préliminaire pour «apologie de crime contre l'humanité». Selon des propos rapportés par le journal, l'élu centriste a déclaré, après l'installation illégale sur sa commune dimanche de quelque 150 caravanes de gens du voyage, qu'«Hitler n'en a(vait) peut-être pas tué assez». Les caravanes ont levé le camp dès lundi.

«J'ai estimé que cela justifiait une ouverture d'enquête», a déclaré le procureur de la République à Angers, Yves Gambert, mardi soir. L'enquête, ouverte dès lundi, a été confiée mardi au SRPJ, notamment pour que l'enregistrement effectué par le journaliste du Courrier de l'Ouest soit analysé par le laboratoire de la police technique. Le magistrat a précisé qu'il pourrait entendre Gilles Bourdouleix s'il l'estime «nécessaire».

Suspendu par l'UDI, il ne sera pas exclu

Outre ces poursuites, les propos de l'élu de l'UDI ont suscité de vives réactions politiques. Mardi après-midi, Jean-Marc Ayrault a estimé que ces propos n'étaient «pas dignes d'un élu de la République» et étaient «sanctionnables par la loi». «C'est un comportement inadmissible et ce n'est pas le premier de ce monsieur», a déclaré le Premier ministre. Dans la matinée, le ministre de l'Intérieur Manuel Valls a jugé les propos de l'élu «inadmissibles». «Il doit être sanctionné très lourdement par la justice», a-t-il déclaré sur iTélé. La peine prévue pour est de cinq ans d'emprisonnement et 45.000 euros d'amende.

Par ailleurs, l'UDI, parti auquel est affilié Gilles Bourdouleix, ne pourra pas l'exclure pour des raisons de procédure, comme cela avait été envisagé. dans l'attente de statuer sur son cas, Jean-Louis Borloo va proposer à l'instance dirigeante de son parti, qui regroupe une cinquantaine de personnes, de ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • frk987 le mardi 23 juil 2013 à 22:41

    Et apologie de la co..ie, l'inculpation des socialos, c'est pour demain !!!!