Propos «anti-Charlie» : une enfant de 10 ans convoquée à la gendarmerie

le
8
Propos «anti-Charlie» : une enfant de 10 ans convoquée à la gendarmerie
Propos «anti-Charlie» : une enfant de 10 ans convoquée à la gendarmerie

Une fillette de 10 ans, scolarisée en classe de CM2 à l'école de Valbonne (Alpes-Maritimes), a été convoquée au cours du mois de janvier à la gendarmerie, accompagnée de ses parents et d'un pédopsychiatre, pour s'expliquer à la suite de propos portant sur le terrorisme et les attentats survenus au journal Charlie Hebdo. «Je suis d'accord avec les terroristes d'avoir tué les journalistes, car ils se sont moqués de notre religion», avait écrit l'élève à la fin d'une rédaction, révèle le journal Nice Matin.

«Tout le monde est sur le qui-vive», commente Georges Gutierrez, le procureur de la République de Grasse auprès du journal Nice Matin. «Elle peut reproduire un discours entendu chez elle. On a essayé de comprendre pourquoi elle a écrit tout ça...», ajouté le magistrat. Lors de son audition, devant les gendarmes, la fillette n'a pas su expliquer les motivations de son message, précise Nice Matin. L'incident aurait été ensuite traité «de manière pédagogique», explique le rectorat auprès du quotidien régional. Pour sa part, le procureur Gutierrez estime que l'enquête est close et qu'il s'agit «d'un non-événement».

Déjà d'autres cas similaires

L'affaire de cette fillette qui s'est retrouvée devant des gendarmes n'est pas un cas isolé. Le 15 janvier, dans l'Aisne, un enfant de 9 ans, a été entendu par la gendarmerie de Villers-Cotterêts, en présence de son père, dans le cadre d'une enquête similaire. Le garçon était soupçonné d'avoir crié «Allah akbar» («Dieu est grand») lors d'une minute de silence en hommage à Charlie Hebdo. Des faits qui se sont révélés par la suite «infondés». Furieux, son père a décidé de porter plainte pour diffamation, dénonciation calomnieuse.

Le 28 janvier, un élève âgé de 8 ans de CE2 avait lui aussi été entendu par la police à Nice (Alpes-Maritimes), pour «apologie d'acte de terrorisme»,  après des propos tenus au sein de son école après ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • frk987 le mardi 3 fév 2015 à 11:28

    Continuons dans cette logique, demain des camps pour les enfants......HONTE à la gendarmerie de se prêter à cette infamie. Qu'elle fasse une enquête sur les parents...mais de grâce.....DISCRETEMENT. On se croirait sous le régime de Vichy.....avec le grand Mitteux ministre......

  • frk987 le mardi 3 fév 2015 à 11:24

    Ben voilà le fond du problème, M293.., que les parents soient fichés au RG, OK, mais convoquer la gamine c'est GROTESQUE, à l'image du pouvoir en place et dont la gendarmerie se complaît à flatter dans le sens du poil..

  • Berg690 le mardi 3 fév 2015 à 11:23

    La justice se grandirait en étant plus indépendante des consignes de l'exécutif.

  • M2931816 le mardi 3 fév 2015 à 11:19

    Ce ne sont pas les enfants qui sont en cause,mais leurs parents.Il est donc necessaire de savoir si c'est un jeu ou s'il s'agit d'une atmosphère familiale;avec toutes les précautions pour ne pas traumatiser ledit enfant.

  • mjjmimi le mardi 3 fév 2015 à 11:19

    Dans ces auditions la cible n'est pas les enfants mais leurs parents. Vous n'y aviez pas songé ? ou vous voulez nous enfumer?

  • frk987 le mardi 3 fév 2015 à 11:13

    Incroyable que l'on puisse prêter la moindre attention aux propos de gamins de primaire..........On est en marche vers la dictature de pensée unique...songez-y avant de voter socialo !!!!!

  • M7361806 le mardi 3 fév 2015 à 11:13

    Cessez d'exiter le racisme ! avis aux politiciens et journalistes !

  • frk987 le mardi 3 fév 2015 à 11:06

    Passionnant, un enfant de moins de 15 ans a certainement des certitudes sur la vie. Que la gendarmerie s'occupe d'affaires criminelles plutôt de perdre du temps avec des enfants....................