Promovacances veut casser son image low-cost

le
0
Promovacances veut casser son image low-cost
Promovacances veut casser son image low-cost

Le groupe de vente de voyages en ligne Karavel-Promovacances a annoncé mardi vouloir casser l'image low-cost de Promovacances et réajuster le positionnement de cette marque sur le milieu de gamme, tout en développant son réseau d'agences."Nous souhaitons devenir leader du +best-cost+ des voyagistes en ligne, en révélant la qualité sans relever les prix et en élargissant l'offre à de nouveaux types de clients", a expliqué lors d'une conférence de presse Alain de Mendonça, directeur général de Karavel-Promovacances.Promovacances est "un spécialiste de la maîtrise des coûts. Le but est d'acheter en direct aux hôteliers, sans intermédiaire, dans un certain volume sur des destinations comme la Tunisie ou la République Dominicaine, en révélant le meilleur rapport qualité-prix, avec la nécessité de seuil de satisfaction", a-t-il affirmé."Il y a également une gestion fine des prix de vente grâce notamment à la technique du yield management (variation des prix en fonction des réservations) et au contrôle de la production", a ajouté Caroline Puechoultres, directrice stratégie et marketing du groupe Karavel-Promovacances, récemment arrivée dans le groupe après avoir quitté le Club Méditerranée.Les consommateurs, selon Mme Puechoultres, sont "plus à la recherche de bons plans que de petits prix et sont 57% à déclarer prendre du plaisir lorsqu'ils font la bonne affaire".Selon M. de Mendonça, les clients sont guidés par la destination à 63%, et à 45% par le prix.Promovacances totalise plus de 600.000 clients et 2.000 avions pleins par an, et a enregistré en 2013 un volume d'affaire de 430 millions d'euros, en hausse de 5% par rapport à 2012. Il a un objectif de 500 millions d'euros à l'horizon 2017. Propriétaire de 40 agences de voyages, Promovacances vise les 75 points de vente en propre d'ici 2018. "Nous souhaitons renforcer notre proximité clients, notamment dans les régions, avec ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant