Promesses et limites de la technologie "blockchain", nouvel Eldorado de la finance

le
0
Promesses et limites de la technologie "blockchain", nouvel Eldorado de la finance
Promesses et limites de la technologie "blockchain", nouvel Eldorado de la finance

Des transactions financières simplifiées grâce à des bases de données partagées et ultra-sécurisées, les promesses de la technologie "blockchain", à l'origine du bitcoin, attirent les banques et les assureurs mais impliquent un coût énergétique exponentiel.Apparue en 2009 avec la monnaie virtuelle bitcoin, la "blockchain", registre de transactions numérique, est un protocole informatique qui s'apparente à une gigantesque base de données publique, sécurisée et partagée où sont inscrites toutes les opérations financières réalisées en crypto-monnaie. Pour être incorporée dans la base de données commune, chaque opération doit être validée par des ordinateurs du réseau qui effectuent des calculs mathématiques et actualisent le registre en continu. Les blocs de transactions codés et authentifiés s'ajoutent les uns aux autres par ordre chronologique dans le registre numérique, formant une chaîne de blocs, "blockchain" en anglais."C'est comme un livre de compte tenu par tout le monde. Il est infalsifiable car si on veut changer une transaction, il faut la changer en même temps chez tout le monde", résume Alexandre Stachtchenko, cofondateur du site d'information Blockchain France.Séduites par ce processus de certification, les banques et assurances planchent sur des projets de "blockchain" privées, sans bitcoin, qui permettraient de garantir l'identification de clients et de biens, et simplifier des transactions en supprimant les tiers de confiance.Par exemple, la société britannique Everledger, hébergée dans l'accélérateur de start-up de l'assureur allemand Allianz utilise cette technologie pour certifier de manière unique des diamants."Même si un diamant est cassé, volé et revendu sur internet, une fois retrouvé on pourra l'identifier grâce à la +blockchain+ d'Everledger qui permet de récupérer ses caractéristiques, sa valeur, son historique de vente", ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant