Promes Queen

le
0
Promes Queen
Promes Queen

Bouillants après leur large victoire face à la Biélorussie, les Hollandais ont dressé la table pour recevoir les Bleus. Et comme plat principal, la France pourrait bien avoir à se farcir Quincy Promes, 24 ans, nouvelle sensation orange plutôt motivée à l'idée de disputer une Coupe du monde en Russie, où il joue depuis deux saisons.

C'était le 5 mars 2014, au Stade de France. Solide et convaincante, l'équipe de France envoyait un 2-0 tranquille aux Pays-Bas en match amical, et mettait fin à la série de 17 matchs sans défaite des Oranjes. Ce soir-là, Griezmann et Lucas Digne fêtaient leur première sélection. Quincy Promes aussi, lui qui du haut de ses 22 ans, était aux premières loges pour observer les Bleus latter les siens. Deux ans et demi plus tard, celui qui était à l'époque l'attaquant prometteur du FC Twente est sérieusement monté en régime. La semaine dernière, il s'est même offert ses deux premiers buts en sélection face à la Biélorussie. Une première frappe qui passe entre les jambes de trois défenseurs avant de rentrer, puis une reprise lourde et audacieuse à l'entrée de la surface. Un doublé en trente minutes, puis une passe qui aurait pu être décisive si la frappe de Janssen n'avait pas trouvé le poteau, juste avant que Klaassen ne reprenne le ballon pour marquer le troisième pion. Une partition de cador, pour un joueur qui avait failli se foutre en l'air tout seul il y a quelques années, et que beaucoup pensaient perdu pour toujours quand il est parti jouer au Spartak Moscou en 2014. " Plusieurs personnes ont remis en question mon choix de venir en Russie, mais je pense que j'ai prouvé que j'avais eu raison. Le championnat russe est une compétition qui m'a permis de bien progresser ", martelait-il à la fin de sa première saison russe, terminée à la deuxième place du classement des buteurs, et à l'issue de laquelle il était candidat au titre de meilleur joueur du championnat.

Promes de l'ombre


13 buts la première saison, 18 la deuxième, déjà 5 depuis la rentrée, Promes est parfaitement entré dans son costume de scoring machine, et est devenu la mascotte de l'Otkrytie Arena. Puissant physiquement malgré son mètre 74 et ses 70 kilos, véloce et rapide, le tatoué avait été chopé pour 15 millions d'euros à Twente par le Spartak, après avoir connu des moments houleux en Hollande. En 2008, alors qu'il était encore au centre de formation de l'Ajax Amsterdam, il avait même réussi à se faire virer : " Ça a été le pire moment de ma carrière. En une journée, tout s'est écroulé. J'avais 16 ans, et pendant deux jours entiers, je n'ai fait que pleurer. J'ai songé à tout balancer et à arrêter le football. " En cause, son…


Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant