Promenade au pays du mollah levant

le
0
Téhéran, juin 2013. Les hommes ne portent pas de cravate. Les femmes portent le foulard.
Téhéran, juin 2013. Les hommes ne portent pas de cravate. Les femmes portent le foulard.

I - Imam Khomeini AirportJe pars pour un pays où les cravates sont interdites et dont le fruit préféré des femmes est la grenade. Une amie française m'a donné le numéro de portable de l'actrice iranienne Golshifteh Farahani, précisant : " Note-le sous le nom de Martine. " L'aéroport d'Istanbul, où je suis en transit : plaque tournante du monde entier, comme si la ville était encore la capitale de l'Empire ottoman. Il y a même un vol pour Belgrade. Il y a un vol pour toutes les villes. Qu'est-ce que les gens s'envolent ! Un beau visage de jeune Japonaise, parmi la foule cosmopolite. En voyage, ces milliers de gens qu'on voit pour la première et dernière fois. C'est toujours une petite dépression nerveuse pour les yeux. On dit intérieurement adieu à toutes les personnes qui passent.

Les aéroports se ressemblent, comme les restaurants McDonald's. Imam Khomeini Airport est ­long et gris. Les principales taches de couleur sont les foulards des femmes. Les femmes au-dessus de 14 ans sont obligées d'en porter un, du coup notre regard se dirige vers les femmes de moins de 14 ans, car ­elles ont des cheveux. Le problème, c'est que ce ne sont pas des femmes. L'Iranien, pédophile malgré lui.

Imam Khomeini Airport se trouve à 70 kilomètres de Téhéran, la ville la plus laide d'Iran, selon un copain iranien. Chiraz est, pour lui, beaucoup plus jolie. Le Parsian Azadi Hotel, ancien Hyatt, ressemble aux deux tours du World Trade Center qui se seraient...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant