Projet de loi El Khomri : la gauche aiguise ses couteaux

le
0
Pascal Cherki de dos (C) s'adresse à Laurent Baumel (à gauche) et à Christian Paul (à droite) durant le débat sur la loi Macron en février 2015. Un an plus tard, les mêmes ont bien l'intention de mener la fronde parlementaire contre la réforme du droit du travail.
Pascal Cherki de dos (C) s'adresse à Laurent Baumel (à gauche) et à Christian Paul (à droite) durant le débat sur la loi Macron en février 2015. Un an plus tard, les mêmes ont bien l'intention de mener la fronde parlementaire contre la réforme du droit du travail.

« Une honte », « le retour au droit féodal », « la plus importante contre-révolution depuis un siècle », « une trahison de la gauche», « un mauvais deal entre le gouvernement et le Medef »? Les parlementaires, syndicalistes de gauche et cadres socialistes sont plus virulents que jamais pour qualifier le nouveau projet de réforme du droit du travail porté par la ministre Myriam El Khomri.

D'inspiration très libérale, le texte est un épisode de plus d'une télé-réalité politique qui met en scène la révolte grandissante des élus de la majorité contre le gouvernement depuis le début du quinquennat. Mais la contestation n'a jamais été aussi forte.

« Une énorme bataille parlementaire »

« On n'a pas encore planifié de plan de bataille entre nous, mais il y aura une énorme bataille parlementaire », prévient Laurent Baumel. Le député socialiste d'Indre-et-Loire et ses camarades frondeurs promettent de faire tout ce qui est en leur pouvoir pour contrer un texte que, de l'avis général, même la droite n'aurait pas osé proposer. Consciente qu'une réforme qui assouplit les conditions de licenciement économique et remet en cause les 35 heures serait violemment rejetée dans son propre camp, la ministre du Travail a évoqué la possibilité d'utiliser l'article 49.3 de la Constitution. Lorsqu'elle est enclenchée, cette procédure met fin au débat...

Lire la suite sur Le Point.frLire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant