Progression des Bourses européennes à la mi-séance

le
0
LES BOURSES EUROPÉENNES PROGRESSENT À MI-SÉANCE
LES BOURSES EUROPÉENNES PROGRESSENT À MI-SÉANCE

PARIS (Reuters) - Les Bourses européennes progressent à mi-séance, tandis que Wall Street est attendue en hausse modérée, les investisseurs attendant beaucoup de la Banque centrale européenne (BCE) et des leaders européens pour amorcer une sortie de crise.

L'indice Eurofirst 300, qui a avancé de 16% depuis juin, reste orienté à la hausse (+0,35%) et le CAC 40 à Paris (+0,65% à 3.503,25 points), le Dax à Francfort (+0,46%) et le FTSE à Londres (+0,35%) évoluent tous dans le vert.

Aux valeurs, Glencore cède 0,41%, après avoir annoncé un bénéfice semestriel en repli et prévenu que le rachat de Xstrata, sur lequel il a lancé une offre de 30 milliards de dollars, n'est "pas obligatoire" et ne se fera en tout état de cause pas à n'importe quel prix.

Le premier négociant mondial de matières premières évolue à contre-courant des valeurs du segment, qui signent la plus forte hausse sectorielle (+1,33%).

Chahutées la veille, les bancaires rebondissent un peu (+0,99%), toutes les valeurs profitant de l'embellie, à l'exception des espagnoles Banco Sabadell et Caixabank, qui cèdent autour de 1%.

Sur le marché obligataire, l'heure est à la détente pour les rendements de la dette espagnole, une adjudication de bons à 12 et 18 mois ayant permis au Trésor espagnol de lever 4,51 milliards d'euros à des rendements moyens de respectivement 3,070% et 3,335%, contre 3,918% et 4,242% lors de la précédente opération de ce type.

La détente bénéficie au papier à dix ans, dont le rendement recule à 6,22%, alors que les futures sur Bund, valeur refuge traditionnelle, retombent tout près de leur plus bas du jour, à 141,58. Le rendement du 10 ans italien reflue lui aussi, à 5,69%.

Ce petit goût du risque retrouvé profite également à l'euro, qui touche un plus haut de deux semaines par rapport au dollar, en hausse de 0,6%, et de six semaines par rapport au yen. "Le dollar s'affaiblit par rapport à l'euro avant des réunions cruciales cette semaine qui pourraient apporter des éclaircissements à la fois sur l'avenir immédiat de la Grèce et sur les perspectives de rachat d'obligations souveraines par la BCE", commente Derek Halpenny, de Bank of Tokyo Mistubishi.

"Il y a beaucoup de spéculation pour le moment et tout le monde essaie de deviner ce que va faire la BCE", précise un trader, les analystes s'attendant de leur côté à ce que les gains de la monnaie unique restent limités.

"Le marché n'a retenu que les éléments positifs (pour l'euro) ces derniers temps, mais je m'attends à une inversion de la courbe dans les jours qui viennent", prédit Daisuke Uno, stratège chez Sumimoto Mitsui Banking Corp.

Les cours du pétrole ont repris leur envolée, le Brent comme le brut léger américain gagnant plus de 0,70%, à 114,50 et 96,65 dollars respectivement, les espoirs d'amélioration de la crise en Europe, les tensions au Proche-Orient et la baisse attendue de la production en mer du Nord étant cités comme autant de facteurs de hausse.

Marc Jones, Tangi Salaün pour le service français, édité par Wilfrid Exbrayat

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant