Programme nucléaire-Khamenei valide l'accord, sous condition

le
0

(Actualisé tout du long) ANKARA, 21 octobre (Reuters) - Le guide suprême de la Révolution islamique, l'ayatollah Ali Khamenei, a approuvé mercredi l'accord du 14 juillet entre Téhéran et les grandes puissances sur le programme nucléaire iranien, ajoutant toutefois que Téhéran ne doit pas renoncer à certains aspects-clés de ce programme tant que la question de ses activités passées n'a pas été réglée. Dans un courrier adressé au président iranien Hassan Rohani, mis en ligne sur le site officiel du guide suprême, Ali Khamenei demande que l'accord soit appliqué, sous certaines conditions que le parlement iranien a inscrites dans une loi adoptée la semaine dernière. L'Iran, dit-il, doit attendre, pour expédier à l'étranger son stock d'uranium enrichi et pour redéfinir l'objectif de son réacteur à eau lourde d'Arak, que les inspecteurs internationaux aient établi si oui ou non Téhéran a jamais cherché par le passé à se doter de l'arme atomique. "Toute mesure, concernant Arak et l'envoi d'uranium à l'étranger(...), ne prendra effet que lorsque le dossier sur les dimensions militaires possibles aura été classé", écrit l'ayatollah Khamenei dans sa lettre à Hassan Rohani. Les inspecteurs de l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA) ont achevé ce mois-ci de recueillir des échantillons sur les sites militaires iraniens et devraient faire connaître leurs conclusions sur les "dimensions militaires possibles" d'ici le 15 décembre. Le guide suprême indique par ailleurs que le président américain Barack Obama lui a adressé deux lettres dans lesquelles il assure que les Etats-Unis n'ont pas l'intention de renverser le régime de la République islamique. Khamenei juge cependant que l'attitude de Washington a prouvé que c'était là un "mensonge". Khamenei écrit d'autre part que les Etats-Unis et l'Union européenne doivent annoncer clairement la fin des sanctions visant la république islamique. Le texte sur lequel négociateurs iraniens et étrangers se sont mis d'accord à Vienne prévoit un encadrement du programme nucléaire de Téhéran pendant au moins dix ans, en échange de la suspension progressive des sanctions économiques. (Parisa Hafezi; Nicolas Delame et Eric Faye pour le service français)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant